International › APA

25 ans de l’Uemoa : plaidoyer pour plus d’échanges intracommunautaires

Pas d'image

Le taux d’échanges entre les huit pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa), estimé à « 16% », fait partie des « defis importants à surmonter » au moment où l’Union célèbre ses 25 ans d’existence, a déclaré mardi à Dakar le ministre sénégalais de l’Économie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott.S’exprimant à la cérémonie commémorative des 25 ans de l’Uemoa organisée mardi soir à Dakar, M. Hott a pointé du doigt les défis qui « persistent « , comme celui « du niveau très faible des échanges intracommunautaires estimé à 16% en 2018 ».

« Cette situation nous interpelle tous », a indiqué le ministre sénégalais, ex-vice-président de la BAD.

« Nous devons en effet redoubler d’efforts pour lutter contre les tracasseries, la multiplicité des contrôles sur les corridors et les longs délais dans les transports des marchandises », a-t-il poursuivi, soulignant dans la foulée que d’autres défis « pointent déjà à l’horizon ».

« Il faut relever que notre Union doit faire face à la situation d’insécurité dans la région engendrée notamment par le terrorisme, par le trafic de stupéfiants, par les effets négatifs des changements climatiques, par le chômage et par la migration des jeunes », à déclaré Amadou Hott, appelant au renforcement de la « dynamique d’intégration régionale enclenchée par les chefs d’État et de gouvernement » comme le témoigne « l’esprit » de l’Uemoa.

Faisant remarquer pour sa part que ce marché intracommunautaire est assis sur une population de 120 millions d’habitants sur un espace de 3,5 millions de km², la représentante résidente de l’Uemoa Aissa Kabo a noté que « la présente cérémonie se veut un moment d’introspection ».


D’après elle, les défis de l’Union ont trait entre autres au changement climatique, au déficit énergétique et à l’émigration clandestine.

Non sans noter que « notre Union est forte » car suscitant « l’engouement, la confiance et l’espoir », Mme Kabo a appelé en outre à « trouver les avantages comparatifs de chaque pays » afin de les mettre au service de l’Union et de ses citoyens.

Créée le 10 janvier 1994 à Dakar, l’Uemoa a pour objectif essentiel, l’édification, en Afrique de l’Ouest, d’un espace économique harmonisé et intégré, au sein duquel est assurée une totale liberté de circulation des personnes, des capitaux, des biens, des services et des facteurs de production, ainsi que la jouissance effective du droit d’exercice et d’établissement pour les professions libérales, de résidence pour les citoyens sur l’ensemble du territoire communautaire.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut