International › APA

500 milliards f cfa pour l’eau et l’électricité au Gabon

La filiale eau et électricité du Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS), Gabon Power Company (GPC), a conclu avec le gouvernement, plusieurs contrats portant sur l’amélioration de la production d’eau et d’électricité dans le pays sur les trois prochaines années, a annoncé mardi le FGIS.Parmi ces contrats, il y a celui portant sur le renforcement de la centrale thermique d’Owendo à Libreville. Le protocole d’accord conclu entre GPC, la société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) et le groupe finlandais Wärtsilä, porte sur la conception, le financement, la construction, l’exploitation et la maintenance d’une solution thermique, vise outre à renforcer les capacités de cette infrastructure, à optimiser sa production.

Le gouvernement a également signé un contrat de partenariat d’une durée de 30 ans avec la société de droit gabonais Asonha Energie, détenue elle aussi par le FGIS, et le groupe français Meridiam, pour le développement de la centrale hydroélectrique de Kinguélé Aval.

Toujours dans le domaine de l’énergie électrique, le groupe industriel français Eranove, a signé deux contrats d’achat d’énergie électrique que vont produire les centrales hydroélectriques de Ngoulmendjim et de Dibwangui.

A travers les sociétés de projets créés à cet effet, notamment Asokh Energie pour Ngoulmendjim, et Louetsi Hydro pour Dibwangui, Eranove précise dans un communiqué que le gouvernement « confirme à ces sociétés le droit exclusif de concevoir, financer, construire, exploiter et assurer l’exploitation et l’entretien-maintenance des deux installations hydroélectriques et à leur acheter l’intégralité de l’énergie électrique produite ».


La centrale hydroélectrique de Ngoulmendjim (73 MW) est prévue sur le fleuve Komo, à 125 km de Libreville, fournira l’énergie électrique à plus de 500 000 habitants ; quant au barrage de Dibwangui (15 MW), qui sera construit sur la rivière Louetsi, à 152 kilomètres de Mouila, au Sud du Gabon, il alimentera 88 000 habitants.

Pour ce qui concerne la production d’eau potable, le groupe français va assurer le financement, la conception, la réalisation, l’exploitation et la maintenance d’une nouvelle unité de production d’eau potable d’une capacité de production de 140 000 m3 par jour dans le Komo Kango près de Libreville.

« Le montant global des investissements que nous voulons réaliser pour l’électricité et l’eau est autour de 500 milliards FCfa sur les trois prochaines années. Ces 500 milliards FCfa sont répartis pour ce qui concerne tous nos projets en électricité, et le différentiel concerne l’eau », indique Serge Mickoto, directeur général du FGIS.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut