International › APA

Affaire Ould Dah : la Mauritanie rejette l’ingérence du Canada

Le porte-parole du gouvernement mauritanien, Sidi Mohamed Ould Maham, a rejeté, lors d’un point de presse jeudi à Nouakchott, toute ingérence du Canada dans le dossier du président de l’Initiative pour la résurgence de l’abolitionnisme (IRA, antiesclavagiste), Biram Ould Dah, en détention préventive depuis le 14 août dernier.« L’Etat est souverain et ne permettra jamais qu’une partie, quelle que soit la relation avec elle, intervienne dans les affaires internes », a déclaré Ould Maham, faisant allusion à des informations prêtant à un responsable officiel canadien l’intention de travailler en faveur de la libération de Ould Dah, récemment élu député à l’Assemblée nationale.

Cette affaire se trouve entre les mains de la justice et le gouvernement n’interfère pas dans les dossiers soumis à celle-ci, a ajouté le porte-parole, par ailleurs ministre de la Culture, de l’Artisanat et des Relations avec le Parlement.

La Mauritanie est en mesure de protéger sa justice contre les interventions d’autrui, a-t-il souligné, non sans rappeler que le gouvernement mauritanien n’est pas partie prenante dans l’affaire de Biram et que la partie civile qui a déposé la plainte est un journaliste.


Ce dernier a accusé le chef d’IRA d’inciter à la haine contre lui dans des enregistrements propagés sur Facebook et WhatsApp.

 



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut