International › APA

Afrique du Sud : décès de l’ancien chef de l’Etat Frederik De Klerk

Le dernier président blanc de la nation arc-en-ciel est mort, ce jeudi, à l’âge de 85 ans des suites d’un cancer des poumons.Frederik De Klerk, figure de l’histoire contemporaine de l’Afrique du Sud, a tiré sa révérence à son domicile de Fresnaye, une banlieue résidentielle située au Sud-Ouest du Cap. Avec Nelson Mandela, il a réussi à mettre fin à l’apartheid.  

Né le 18 mars 1936 à Johannesburg, la capitale économique de l’Afrique du Sud, Frederik Willem De Klerk s’est lancé en politique en 1972. Il devient tour à tour député, ministre des Affaires sociales et ministre des Mines et de l’Energie. Une ascension facilitée notamment par le passé politique de son grand-père et de son père.

Pieter Botha, président sud-africain à partir de 1984, est victime d’une attaque cérébrale cinq ans plus tard. Incapable de gouverner, il est remplacé par Frederik De Klerk. A son accession au pouvoir, le pays est éprouvé par les sanctions économiques de la communauté internationale dues au régime ségrégationniste. En interne, la contestation sociale s’amplifie.

C’est dans ce contexte que Frederik De Klerk décide de lever l’état d’urgence en vigueur depuis 1985. En outre, il ordonne, le 11 février 1990, la libération des leaders du Congrès national africain (ANC, sigle en anglais) y compris Nelson Mandela. Ce dernier a passé vingt-sept ans derrière les barreaux.

Avocat de formation, De Klerk ne s’arrête pas là. Il ouvre le jeu politique avec la légalisation d’une trentaine de partis dont les activités étaient clandestines. Ces actions n’emportent pas l’adhésion des extrémistes afrikaners, blancs sud-africains, qui refusent de perdre leurs terres et leurs privilèges.

Malgré la pression, l’ex-époux de Marike Willemse organise des discussions avec la quasi-totalité des acteurs politiques pour réconcilier l’Afrique du Sud avec elle-même. Un référendum, tenu en mars 1992, le conforte dans cette démarche.


Bon gré mal gré, le processus se poursuit en avril 1993 et des élections multiraciales sont même prévues l’année suivante. Un saut démocratique qui vaut à Frederik De Klerk et Nelson Mandela le prix Nobel de la paix en 1993. De son côté, la communauté internationale dessert petit à petit l’étau.

En avril 1994, les premières élections démocratiques de l’Afrique du Sud sont remportées par l’ANC avec 62,65 % des suffrages valablement exprimés. Mandela est élu, par le nouveau parlement, président du pays avec comme vice-présidents Thabo Mbeki et Frederik De Klerk.

Après deux ans dans le gouvernement d’unité nationale, De Klerk démissionne en invoquant le fait que « les intérêts de la minorité blanche ne sont plus assurés ». Il se retire de la scène politique en 1997.

Toutefois, l’image de l’ancien président sud-africain (1989-1994) est davantage écornée par les révélations de la Commission vérité et réconciliation. Lors des auditions, la responsabilité de Frederik De Klerk, père de trois enfants, dans l’oppression de la population noire est pointée du doigt. Mais l’accusé n’admettra jamais une quelconque responsabilité personnelle dans les atrocités.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut