International › APA

Ahmed Bakayoko et le petit Excel Konan se partagent la Une des journaux ivoiriens

Suite à son intervention à l’ouverture de la 3è session internationale de réflexion stratégique, qu’il a présidée, lundi, le ministre d’Etat, ministre de la défense, Ahmed Bakayoko ainsi que le petit de trois ans, Excel Corneil Konan dont le corps sans vie aurait été retrouvé dans la piscine du voisin de ses parents à Marcory (Abidjan) se partagent la Une des journaux quotidiens ivoiriens parus, mardi, sur l’ensemble du territoire national.« Il faut éviter une gouvernance partisane et politisée au sein de l’armée », rapporte Fraternité Matin qui attribue ces propos à Ahmed Bakayoko. Le ministre d’Etat, ministre de la défense a présidé, hier, la 3è session internationale de réflexion stratégique, informe le journal à capitaux publics.

« Les corps habillés ne doivent pas supporter la responsabilité des politiques », reprend à son tour Le Nouveau Réveil en citant la même source. A ce propos, « après la crise, j’ai eu du mal à maintenir le DG de la police à son poste», avoue par la suite M. Bakayoko en couverture de L’Intelligent d’Abidjan. Ce qui fait dire à Le Patriote qu’Ahmed Bakayoko est en faveur d’une gouvernance impartiale.

Après les réseaux sociaux, la presse ivoirienne prend le relais de l’affaire de la mort suspecte du petit Excel Konan de Marcory dont le corps sans vie aurait été repêché il y a quelques jours dans la piscine du voisin de ses parents. Mort suspecte : le petit Excel Konan retrouvé mort dans une piscine à Marcory, titre à ce propos Fraternité Matin.


Marcory / Mort d’un enfant chez le voisin : l’autopsie aujourd’hui, renseigne à son tour L’Inter, qui raconte ensuite le cri de douleur de la mère de cet enfant âgé d’à peine trois ans.

Mort suspecte du petit Excel Konan : ses parents portent plainte, révèle de son coté Le Quotidien d’Abidjan, soulignant « la position troublante de la police » sur cette affaire. Ce qui fait dire à Le Nouveau Courrier que le présumé tueur nargue la famille de la victime.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut