International › AFP

Allemagne : la dauphine de Merkel à la Défense, une promotion

Annegret Kramp-Karrenbauer, dauphine pressentie d’Angela Merkel, est devenue mercredi ministre de la Défense en remplacement d’Ursula von der Leyen, une promotion visant à la relancer dans la course à la chancellerie, selon la presse allemande.

Des cérémonies de passation de pouvoir entre les deux femmes ont eu lieu dans la matinée à Berlin.

Surnommée « AKK », la désignation surprise de la cheffe du parti chrétien-démocrate est, selon le site du magazine Der Spiegel, « la dernière chance d’Annegret Kramp-Karrenbauer » pour s’assurer de succéder à Mme Merkel, qui compte se retirer en 2021, année des prochaines législatives.

Le ministère de la Défense doit lui permettre d' »enfin montrer qu’elle est également capable d’évoluer en politique étrangère et de sécurité », relève-t-il, notant que 180.000 soldats et un budget de 44 milliards d’euros dépendront d’elle.

« C’est un geste puissant. Elle s’engage et prend en charge le ministère le plus difficile. Les chances de gagner gros sont là; mais le risque d’échec est aussi plus grand », estime la chaîne publique ZDF.

Car en Allemagne, le poste de ministre de la Défense s’accompagne de difficultés profondes, tant les scandales se sont multipliés ces derniers années, qu’il s’agisse des équipements vétustes, de groupuscules d’extrême droite actifs dans les rangs ou de polémiques sur le coût des experts recrutés.


Mme von der Leyen, qui part pour la présidence de la Commission européenne, était d’ailleurs parmi les ministres allemands les moins populaires.

La nomination de Mme Kramp-Karrenbauer constitue une surprise, notamment car elle avait à plusieurs reprises affirmé ne pas viser de ministère. Selon elle, diriger la CDU est « un job à plein temps ».

« AKK » avait cependant besoin d’un nouveau départ pour pouvoir continuer d’ambitionner de remplacer Mme Merkel.

Après des élections européennes en demi-teinte et avant une série de régionales difficiles dans l’est de l’Allemagne, les sondages sont en effet catastrophiques pour elle.

Selon une enquête d’opinion du mois de juin de la chaîne ZDF, 71% des Allemands considèrent qu’elle ne conviendrait pas en tant que chancelière.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut