InternationalAPA




Après 5h d’audition à la gendarmerie, un journaliste regagne son domicile

Après près de 5 heures d'interrogatoire lundi à la brigade de recherche de la gendarmerie ivoirienne sise au Plateau, le…

Après près de 5 heures d’interrogatoire lundi à la brigade de recherche de la gendarmerie ivoirienne sise au Plateau, le quartier administratif d’Abidjan pour « enquête judiciaire» suite à une plainte de la Fédération ivoirienne de football ( FIF), le journaliste ivoirien, Ouattara Gaoussou dit OG, a été autorisé à regagner son domicile, a constaté APA sur place.Le journaliste OG qui travaille pour le journal, Le Patriote,  un quotidien proche du parti au pouvoir a été toutefois invité à rester « à la disposition de la justice» pour la suite de l’instruction.

 Des faits, il est reproché au journaliste d’avoir partagé sur les réseaux sociaux, avec  des commentaires à l’appui, un article d’un site d’informations, jugé «infondé» et attribuant une série de biens immobiliers à MM. Sidy Diallo et Sory Diabaté respectivement président et vice-président de la FIF.

Ouattara Gaoussou dont l’audition a duré près de cinq heures d’horloge,  a bénéficié du soutien de ses confrères de de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI) et  l’Union nationale de la presse sportive de Côte d’Ivoire (UNPSCI)  qui se sont mobilisés à ses côtés lors de cet interrogatoire.

 Depuis l’élimination des Eléphants footballeurs en novembre dernier par le Maroc à Abidjan pour le mondial Russe, une crise secoue le football ivoirien. En effet,  des clubs et  groupements d’intérêts, affiliés à la FIF,  réclament le départ du comité exécutif de l’institution.

La nouvelle loi sur la presse en Côte d’Ivoire promulguée le 27 décembre 2017, rappelle-t-on, exclut la garde-à-vue, la prison et la détention préventive des journalistes pour des « infractions commises par voie de presse ».