International › AFP

Argentine : le grand rabbin agressé après la profanation d’un cimetière juif

Le grand rabbin d’Argentine a été grièvement blessé par des inconnus à Buenos Aires, au lendemain de la profanation d’un cimetière juif, une agression condamnée mardi par Israël sur fond de résurgence d’actes antisémites dans le monde.

Gabriel Davidovich, âgé de 56 ans, se trouvait dans sa maison dans un quartier résidentiel de Buenos Aires avec son épouse, quand sept hommes y ont fait irruption lundi à l’aube.

« Nous savons que vous êtes le rabbin de l’AMIA », ont lancé les assaillants, avant de dérober de l’argent et des effets personnels, puis de prendre la fuite, selon un communiqué de l’Association mutuelle israélite argentine (AMIA), dont le siège avait été ciblé il y a 25 ans par un attentat terroriste.

L’Argentine abrite la deuxième plus importante communauté juive du continent américain, derrière les Etats-Unis. Elle compte à l’heure actuelle 190.000 membres contre 300.000 il y a 20 ans, la crise économique de 2001 ayant conduit de nombreux juifs argentins à s’exiler.

Le président de la DAIA, qui rassemble les institutions juives d’Argentine, Jorge Knoblovits, a quant à lui dénoncé « un acte antisémite » dans un pays où ils sont peu fréquents. « Dans le monde, il y a beaucoup de place pour l’ignorance et, là où il y a de l’ignorance, il y a un espace pour les antisémites », a-t-il regretté.

« Alors qu’il n’offrait aucune résistance au vol, ils l’ont jeté à terre, lui ont cassé neuf côtes et l’ont défiguré », a précisé M. Knoblovits.

Les autorités ont ouvert une enquête pour identifier les agresseurs.

– Israël solidaire –

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a souhaité au rabbin et à sa femme « un prompt rétablissement ». « Nous ne devons pas laisser les antisémites redresser la tête. Je condamne fermement les récents actes d’antisémitisme et j’appelle la communauté internationale à agir », a-t-il déclaré.

Isaac Herzog, le président de l’Agence juive, une entité qui favorise l’installation de juifs en Israël, a conversé avec le rabbin après l’agression. « Il souffre de plusieurs fractures, mais il est fort d’esprit. D’après ce qu’il m’a dit au sujet de l’incident, le caractère antisémite est évident ».


Cette agression est intervenue juste après la profanation de neuf tombes dans un cimetière juif de la province de San Luis au cours du week-end. Des pierres tombales ont été détruites.

Un dirigeant politique local, Ariel Braverman, a condamné un « acte horrible de néonazisme, d’intolérance et de haine de la part de secteurs tenant d’un obscurantisme médiéval ».

– Attentats de 1992 et 1994 –

Dans le passé, la communauté juive de Buenos Aires a été durement mise à l’épreuve par deux attentats.

En 1992, l’ambassade d’Israël a été soufflée par une voiture piégée qui a fait 29 morts. En 1994, le bâtiment abritant les institutions juives, dont l’AMIA, a été pulvérisé par un attentat à la bombe qui a fait 85 morts et des centaines de blessés.

Les juifs d’Argentine avaient été traumatisés par ces deux attaques, attribuées à l’Iran, mais le quotidien tranquille d’une communauté bien intégrée avait pris le dessus.

L’agression du rabbin survient alors que les propos racistes et les discours de haine ont dégradé le climat politique dans nombre de pays à travers le monde.

La France et l’Allemagne ont notamment tiré la sonnette d’alarme au cours des dernières semaines face à la résurgence d’actes antisémites.

Cimetières juifs profanés, effigies de victimes de la Shoah recouvertes de croix gammées, agression verbale contre un intellectuel juif, la France connaît « une résurgence de l’antisémitisme sans doute inédite depuis la Seconde Guerre mondiale », a récemment regretté le président Emmanuel Macron, après la publication de chiffres annonçant une flambée de 74% des actes antisémites en 2018.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut