International › APA

Arrestation d’un Imam en Côte d’Ivoire : «Il ne s’agit pas de museler un guide religieux» (Procureur)

Le Procureur de la République, Richard Christophe Adou se prononçant sur l’arrestation de l’Imam Aguibou Touré a expliqué, vendredi à Abidjan, qu’il « ne s’agit pas de museler un guide religieux dans son rôle d’éveilleur de conscience ».Dans une déclaration lue face à la presse, Richard Christophe Adou « constate avec regret que depuis l’interpellation de l’Imam Touré Aguibou, certains de nos concitoyens élèvent de virulentes contestations et tentent à l’occasion d’opposer l’Etat aux communautés religieuses d’une part et les communautés entre elles, d’autre part ».

« Il ne s’agit nullement de museler un guide religieux encore moins de l’empêcher de jouer son rôle dans l’éveil de conscience de ses fidèles », a rassuré le Procureur de la République.

Selon lui, le guide religieux est poursuivi pour « des propos appelant à la haine et à la discrimination tribale et religieuse ainsi qu’à la discrimination scolaire tenus de façon répétitive et abondamment diffusé (…) aussi d’apologie du terrorisme ».

« Lesdits propos également xénophobes contraires à la loi parce que incitant à commettre des infractions sont prévus et punis par les articles 169 et 200 du code pénal 3-6-8 et 10 de la loi numéro 2015 -493 du 07 juillet 2015 portant répression du terrorisme », a ajouté  le Procureur.

Poursuivant,  il a indiqué « en conséquence que les poursuites  initiées devant le juge d’instruction ne sont ni contre une communauté, ni contre  une religion,  mais contre une personne ayant tenu des propos contraires à la loi ».


M. Adou note « que critiquer n’est pas une infraction. D’ailleurs tous les guides religieux qu’ils soient chrétiens  ou musulmans ont la possibilité de faire des critiques ».

« Ce que la loi réprouve, ce sont des critiques qui peuvent impacter la paix sociale .C’est ce qui est reproché à l’Imam », a réitéré l’homme de loi, signifiant que les faits qui lui sont reprochés sont punis par  « des peines allant de 5 à 10 ans de prison ». 

A propos de la dénonciation du coût du Hadj faite par l’Imam Aguibou Touré, M. Adou insiste que cela «n’est pas une infraction».


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut