International › APA

Artisanat, politique et justice en couverture des journaux burkinabè

Les quotidiens burkinabè dans leurs parutions de ce mercredi accordent une large part au procès du coup d’Etat manqué de septembre 2015, sans oublier la politique avec la sortie, la veille, de l’opposition, ainsi que le Salon international de l’artisanat qui s’ouvre dans deux jours.«15e édition du SIAO : Briefing à 72 heures de l’évènement», titre le quotidien Aujourd’hui au Faso, informant que du 26 octobre au 4 novembre 2018, Ouagadougou abritera la manifestation placée sous le thème: «Artisanat africain, exigences du marché et développement technologique».

Le journal précise qu’à trois jours  du biennal de l’artisanat africain, le ministre Harouna Kaboré et son staff ont animé une conférence de presse, le mardi 23 octobre 2018, dans l’enceinte du SIAO.

Sous le titre : «SIAO 2018 : Ce qu’il faut savoir», le quotidien national Sidwaya, pour sa part, rapporte que lors de la conférence de presse, le comité d’organisation a fait le point des préparatifs dudit évènement.

Le même journal consacre sa manchette à la coopération entre le Canada et le Burkina Faso, arborant : «La gouverneure Julie Payette à Ouaga».

En politique, Le Pays parle des crises dans les conseils municipaux, soulignant que «l’opposition y voit la main du MPP (Mouvement du peuple pour le progrès, parti présidentiel, Ndlr) et ses alliés».

Selon le confrère, le sujet a été évoqué, hier mardi, lors du point de presse hebdomadaire des partis affiliés au Chef de file de l’opposition politique (CFOP).


De son côté, le journal Le Quotidien mentionne en première page : «Le CFOP à propos de la défense et de la sécurité nationale : il faut mettre les personnes qu’il faut à la place qu’il faut».

Evoquant le procès du putsch manqué, Le Quotidien rapporte à sa Une les derniers propos de l’accusé Me Hermann Yaméogo qui a dit, hier à la barre : «Je demande pardon pour ces jeunes soldats qui consument leur jeunesse à la MACA (Maison d’arrêt et de correction des armées, Ndlr) au moment où le pays a plus besoin d’eux».

A ce sujet, L’Observateur Paalga parle de «dernier mot de Me Hermann».

Pendant ce temps, Sidwaya reprend la déclaration de Salifou Sawadogo, un autre accusé qui, à la barre hier mardi, a expliqué ceci : «J’ai soutenu l’inclusion et non le CND (éphémère Conseil national de la démocratie)».



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut