International › APA

Au Sénégal, Marine Le Pen cherche à polir son image de présidentiable (Expert)

La candidate malheureuse aux deux dernières élections présidentielles françaises a entamé lundi soir une visite de trois jours dans la capitale sénégalaise.Près de six ans après sa dernière visite au Tchad où elle avait été reçue par le défunt président Idriss Déby Itno à l’occasion de la campagne présidentielle de 2017, Marine Le Pen est de retour sur le continent africain. La cheffe de fil de l’opposition française est au Sénégal depuis hier soir, lundi, pour une visite de trois jours.

Si l’agenda spécifique de ce voyage est inconnu du grand public, nous savons au moins que le leader de l’extrême droite française compte rencontrer plusieurs acteurs politiques et de la Société civile. Un tête-à-tête avec le président Macky Sall semble toutefois peu probable au vue des relations intrinsèques qu’entretient ce dernier avec son homologue français.

Que peut-on donc s’attendre de cette visite de Mme Le Pen dont la famille politique a longtemps été hostile aux relations entre Paris et le continent noir ? La réponse à cette interrogation figure en partie dans une tribune qu’elle a publiée, lundi 16 janvier, dans le quotidien français l’Opinion. Elle y détaille sa vision des relations entre l’Europe et l’Afrique avec le Sénégal comme fer de lance de cette future coopération.

« J’ai défendu à plusieurs reprises un élargissement raisonnable des membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies. C’est le seul moyen pour l’ONU de retrouver les voies de l’universel et donc sa légitimité à dire le droit. Par esprit de justice et parce que rien ne serait pire aussi qu’un système onusien donnant le sentiment d’une nomenklatura de puissants, il m’apparaît évident qu’un représentant de l’Afrique doit siéger comme membre permanent du Conseil de sécurité », déclare-t-elle.

Le Sénégal membre permanent du Conseil de Sécurité de l’Onu ?

Le pays de la Teranga dispose d’une très longue tradition diplomatique « où se mêlent l’intransigeance et la nuance, la fermeté et la souplesse ». Forte de cette expérience, Dakar a tous les atouts, selon Mme Le Pen, pour représenter l’Afrique au cercle très restreint des pays ayant le droit de véto sur les questions internationales.

« Etat de droit respectueux des alternances politiques, pays à majorité musulmane où les chrétiens vivent en fraternité et en parfaite citoyenneté dans une société unie autour de ses cultures séculaires, doté d’une diplomatie rayonnante, je pense que le Sénégal pourrait assumer cette charge si particulière. Cette proposition pourrait devenir celle de la France auprès des quatre autres membres permanents du Conseil de sécurité », affirme-t-elle.

Comme tout acte posé par les politiques, l’appel de Marine Le Pen n’a cependant rien d’anodin. Pour Mouhamadou Lamine Bara Lo, Expert en Politique étrangère, Défense et Sécurité et Président du mouvement politique Farlu (Détermination en langue wolof), celui-ci peut s’apprécier sous plusieurs angles.

« Cet appel rentre fondamentalement dans une démarche de toilettage de l’image de Mme Marine Le Pen. En le faisant, elle manifeste un intérêt pour les pays africains d’abord, et particulièrement pour ceux qui ont été ou sont dans la zone d’influence française, et qui comptent une diaspora importante en France et pour la plupart naturalisée. Il y a une dynamique électorale qu’il faut d’ores et déjà comprendre », analyse-t-il.

La question de la réforme de la gouvernance mondiale pour plus de justice et d’équité entre les pays est de plus en plus brandie. En s’invitant sur ce débat, Mme Le Pen « veut aussi prouver au public français et international, son intérêt pour les enjeux géopolitiques. Et de fait, elle renforce son image de présidentiable », poursuit M. Lo.

A l’en croire, les questions de politiques internationales sont importantes pour tout […] et les candidats, pour renforcer leur image, ont tendance à mettre en avant leur capacité à les comprendre et à pouvoir se positionner. Et la question de la réforme du Conseil de Sécurité de l’Onu est une question internationale plus qu’actuelle, relève-t-il.


L’écrivain sénégalais, Khalifa Touré n’en dit pas moins quand il assure que « la visite de Marine Le Pen au Sénégal, au-delà des apparences, entre dans le cadre d’un plan d’offensive politique du Rassemblement National sur un territoire considéré peu ou prou comme un pré-carré français ».

Et en se déplaçant à Dakar, la cheffe de fil de l’opposition française « a trois cibles : essentiellement, l’élite française qui pèse et décide politiquement ; l’électorat de l’extrême droite qui s’est sensiblement étendu et l’élite africaine qui cherche le pouvoir international à travers un siège permanent au Conseil de Sécurité », note M. Touré.

Quid de la position de l’Union africaine ?

Depuis quelques années, les pays du continent noir, à travers l’organisation régionale qu’est l’Union africaine, tentent de parler d’une même voix sur les questions internationales. Qu’il s’agisse de l’élargissement des membres permanent du Conseil de Sécurité ou de l’obtention d’un siège au sein du G20, les Etats africains portent leurs choix sur l’organisation panafricaine. Son président en exercice, le Sénégalais, Macky Sall, a ainsi obtenu des promesses de soutien pour l’adhésion de l’UA au G20.

L’appel de Mme Le Pen concernant le Conseil de sécurité « peut ainsi paraitre un peu pertinent parce qu’il se démarque de la position africaine […] qui, dans son ensemble, veut au moins un siège pour l’UA afin que les 55 Etats du continent soient représentés », souligne Mouhamadou Lamine Bara Lo.

Ce dernier va même jusqu’à soulever « l’impertinence » d’individualiser le Sénégal dans ce besoin de réforme. Car, soutient-il, même les Africains ont compris que la réforme voulue du Conseil de Sécurité doit être une réforme globale qui devrait intéresser plusieurs pays dont les puissances émergentes qui ont besoin de nouer des alliances avec le continent noir pour que ce vœu se concrétise.

« C’est une démarche qui ne peut être que globale. Et au-delà du Sénégal, c’est une démarche africaine, d’où l’impertinence d’évoquer le seul cas du Sénégal pour avoir un siège. Ce qui nous ramène à la dimension politique de cette annonce », note l’expert en en Politique étrangère, Défense et Sécurité.

S’il ignore sous quelle forme l’Afrique entrera au Conseil de Sécurité de l’Onu, Khalifa Touré est convaincu que cela finira par arriver. « Il vaut mieux donc que le Titulaire du siège ait des liens historiques solides avec la France. Ce calcul à la fois politique et diplomatique est très complexe et renvoie à 2 choses : Marine Le Pen croit à un destin présidentiel et l’Afrique, surtout le Sénégal, est un immense marché diplomatique », fait remarquer l’auteur de : Les archives de la Vie – Un regard littéraire sur le monde.

M. Touré est convaincu que « la visite de Marine Le Pen et son choix du Sénégal est une sorte de fuite en avant que seuls les initiés peuvent comprendre. Car la France travaille pour que le choix soit porté sur un pays francophone, le Sénégal en l’occurrence ».

Il reconnait toutefois qu’il sera « extrêmement difficile » pour Dakar de rafler ce poste face à des géants comme l’Afrique du Sud, l’Egypte et le Nigéria contre qui, le Sénégal « pèse diplomatiquement, mais ne fait pas forcement le poids ».


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut