International › AFP

Avec le décret de Bolsonaro, des millions de Brésiliens peuvent porter une arme

Des millions de Brésiliens vont pouvoir porter une arme dans la rue ou à leur travail grâce à un décret du président Jair Bolsonaro dont les détracteurs estiment qu’il est inconstitutionnel et va aggraver la violence.

Les élus, officiers de justice, chauffeurs de poids lourds, chasseurs, avocats et même certains journalistes font partie des personnes qui pourront désormais transporter une arme, après la libéralisation entérinée par un décret du président d’extrême droite.

Jair Bolsonaro, candidat pro-arme élu fin 2018 notamment après avoir promis de mater la violence endémique au Brésil, a signé mardi ce décret, dont le texte complet n’a été publié que plus tard dans la semaine.

Après la signature, lors d’une cérémonie à Brasilia, le chef de l’Etat, plusieurs ministres et des représentants du puissant lobby des armes au congrès avaient reproduit le geste émblématique de la main de Jair Bolsonaro imitant un pistolet.

En janvier, peu après sa prise de fonction, le président avait déjà signé un décret qui avait assoupli les conditions régissant la détention d’armes, tenant ainsi une de ses principales promesses de campagne.

Le port d’arme va désormais être autorisé à une vingtaine de catégories de professions ou personnes, qui n’auront plus à prouver la nécessité d’avoir une arme. Le nombre de munitions que ces personnes pourront acheter passe de 50 à 1.000 par arme à feu.

A la fin de l’an dernier, 36.700 personnes seulement avaient un port d’arme règlementaire, dont l’obtention nécessitait une longue procédure dans ce pays de 210 millions d’habitants.

« D’après nos calculs, plus de 20 millions de personnes sont désormais autorisées à circuler avec des armes. C’est la pire chose qui pouvait arriver au Brésil », déclare à l’AFP Ivan Marques, directeur exécutif de l’Institut Sou de Paz, qui lutte contre la violence. « On peut s’attendre à une augmentation des morts ».

– « changement radical » –

De nombreuses études dans le monde ont montré que « plus d’armes signifie davantage d’homicides », dit de son côté Daniel Cerqueira, conseiller du Forum brésilien à la sécurité publique.

Le Brésil a l’un des plus forts taux d’homicides au monde — en majorité par armes à feu — avec 64.000 en 2017, soit trois fois le seuil de violence endémique établi par l’ONU.

« Les Brésiliens seront autorisés à détenir jusqu’à quatre armes sans autorisation formelle de la police fédérale », a expliqué Robert Muggah, directeur de recherche à l’Institut Igarape à Rio de Janeiro. « Cela fait 20.000 munitions par personne ».

Le décret facilite également l’importation d’armes et de munitions, demandée avec insistance par les fabricants mondiaux et les amateurs d’armes étrangères, notamment les fils de Jair Bolsonaro.


Le marché est totalement dominé au Brésil par le grand fabricant Taurus, très apprécié de l’armée.

Ce décret « représente l’un des changements les plus radicaux dans la politique du port d’arme depuis des décennies », pour M. Muggah.

Mais des associations militantes et plusieurs partis politiques ont indiqué qu’ils allaient saisir la Cour suprême. Pour eux, le décret présidentiel est anticonstitutionnel parce qu’il crée une nouvelle loi plutôt que d’amender une législation existante.

– « A la limite de la loi » –

Le décret « va fatalement porter atteinte à la sécurité publique », ajoute M. Muggah et il « représente une violation directe de la législation de 2003 interdisant le port d’arme ».

Jusqu’à présent, les Brésiliens étaient autorisés à posséder des armes dans certaines conditions, mais seulement chez eux, dans les centres de tirs et à la chasse, pour ceux qui ont un permis.

Jair Bolsonaro veut que les gens puissent porter des armes dans la rue, mais le feu vert du Congrès est nécessaire pour modifier la loi, ajoute M. Muggah.

« Nous sommes allés jusqu’à la limite de la loi, mais nous n’avons pas outrepassé la loi », a assuré le président Bolsonaro mardi.

Les amateurs d’armes qui n’entrent pas dans le cadre des professions mentionnées dans le décret pourront avoir un port d’arme en se faisant enregistrer comme chasseur, tireurs sportifs ou collectionneur.

« Ce sera vraiment facile pour n’importe quel citoyen », dit Caio Pizetta Torres, spécialiste de la sécurité chez Control Risks, à Sao Paulo.

« On parle ici d’étendre (le port d’arme) à des personnes qui n’ont pas la culture du maniement d’armes ».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut