International › AFP

Barbarin, troisième évêque condamné pour non-dénonciation d’abus sexuels

Le cardinal Philippe Barbarin, contre lequel la justice vient de prononcer une peine de six mois de prison avec sursis, est le troisième évêque français condamné pour non-dénonciation d’abus sexuel.

– L’évêque de Bayeux-Lisieux en 2001 –

En juillet 1999, une plainte est déposée à l’encontre de Mgr Pierre Pican, accusé d’avoir eu connaissance des agissements pédophiles d’un prêtre de son diocèse, René Bissey, avant la mise en examen de celui-ci en septembre 1998. L’évêque nie mais il est mis en examen pour non-dénonciation.

En octobre 2000, le père Bissey est condamné à 18 ans de réclusion pour des agressions et des viols commis sur une quinzaine d’adolescents entre 1985 et 1996.

Avant l’arrestation du prêtre, l’évêque l’avait reçu pour évoquer « ses problèmes » mais il n’en aurait pas appris suffisamment, alors, pour le dénoncer à la justice: c’est ce qu’ont soutenu notamment les avocats de Mgr Pican à son procès, en juin 2001, plaidant la relaxe. Le tribunal correctionnel de Caen l’a condamné finalement à trois mois de prison avec sursis et il n’a pas fait appel, évoquant « une volonté d’apaisement ». Le religieux est décédé en juillet 2018 à 83 ans.

– L’ancien évêque d’Orléans en 2018 –

Mgr André Fort, 83 ans, a été condamné le 22 novembre à huit mois de prison avec sursis pour ne pas avoir dénoncé les abus sexuels d’un prêtre de son diocèse, l’abbé Pierre de Castelet, condamné pour sa part à deux ans de prison ferme par le tribunal correctionnel d’Orléans.

Evêque du diocèse de 2002 à 2010, Mgr Fort n’avait pas informé la justice d’une lettre adressée par une victime, en 2008, relatant des attouchements subis en 1993 lors d’un camp du Mouvement eucharistique des jeunes, où l’abbé de Castelet était aumônier.


Sans réponse de l’évêché, la victime a ensuite rencontré Mgr Fort en lui précisant qu’une dizaine de personnes avaient pu être victimes du prêtre, toujours sans effet. En 2010, c’est le nouvel évêque du diocèse qui, prévenu à son tour, a saisi la justice sans attendre.

– L’archevêque de Lyon –

Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, 68 ans, est condamné le 7 mars à six mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d’agressions pédophiles commis par un prêtre dans son diocèse.

Ses avocats décident de faire appel. Philippe Barbarin annonce dans la foulée qu’il va remettre sa démission au Pape « dans les prochains jours ».

Alors que le parquet avait classé sans suite une procédure contre le cardinal Barbarin, et que celui-ci était poursuivi en citation directe par une association de victimes « La Parole libéré », le tribunal s’est montré sévère à son égard dans ses attendus.

« Alors même que ses fonctions lui donnaient accès à toutes les informations et qu’il avait la capacité de les analyser et les communiquer utilement, Philippe Barbarin a fait le choix en conscience, pour préserver l’institution à laquelle il appartient, de ne pas les transmettre à la justice », selon le jugement.

Le prêtre accusé des actes pédophiles, Bernard Preynat, n’a pas encore été jugé pour les faits antérieurs à 1991 qui lui sont imputés.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut