International › AFP

Brésil: arrestation de deux ex-policiers pour l’assassinat de Marielle Franco

Deux ex-policiers ont été arrêtés mardi en lien avec l’assassinat de Marielle Franco, conseillère municipale de Rio, juste avant le 1er anniversaire de l’exécution de la militante noire des droits des minorités qui avait bouleversé les Brésiliens.

L’annonce faite par le parquet de Rio intervient à deux jours cet anniversaire pour lequel de nombreuses associations de défense des droits des minorités et de la démocratie au Brésil avaient appelé à se mobiliser en masse jeudi dans les rues des grandes villes.

Marielle Franco, élue homosexuelle charismatique, née dans une favela et fortement engagée contre le racisme, l’homophobie et la violence policière a été abattue à l’âge de 38 ans. Elle était conseillère du Parti du socialisme et de la liberté (PSOL, gauche) et mère d’une petite fille.

Le policier militaire à la retraite Ronie Lessa, suspecté d’avoir criblé de balles -13 tirs- l’élue et son chauffeur Anderson Gomes dans leur voiture le 14 mars 2018, a été arrêté à 4H00 du matin (07H00 GMT) à son domicile, a annoncé le parquet de Rio dans un communiqué.

Elcio Vieira de Queiroz -exclu de la police militaire à une date non précisée- a lui aussi été arrêté avant l’aube chez lui lors d’une opération retransmise en direct à la télévision qui a permis la saisie de documents et d’armes.

Il est soupçonné d’avoir conduit le véhicule ayant fait la traque de la voiture de Marielle Franco après une réunion en soirée de militantes, dans le centre de Rio.

« Les enquêtes ont conclu, sur la base de diverses preuves, que Lessa est l’auteur des (…) tirs (…) avec la participation de Elcio qui a conduit (le véhicule) utilisé pour l’exécution », a déclaré le parquet de Rio.

Ronie Lessa a été arrêté dans une luxueuse résidence du front de mer de Barra de Tijuca, zone aisée de Rio de Janeiro.

« Deux jours avant l’anniversaire de la mort de ma fille, c’est un soulagement de savoir que la police a arrêté des suspects. Il était grand temps d’avoir une réponse », a déclaré la mère de Marielle, Marinete Silva, au site G1.

« Mais maintenant nous devons savoir qui a commandité » ces crimes car « la réponse « est incomplète », a-t-elle ajouté.

– « Qui a ordonné de la tuer? » –


« C’est un pas décisif mais le cas n’est pas encore résolu », a déclaré lui aussi Marcelo Freixo, député fédéral du PSOL, mentor en politique et ami de Marielle Franco. « Qui a ordonné de la tuer? Quelle était la motivation politique? » s’est-il interrogé sur la télévision Globonews.

« Marielle n’avait pas de véhicule blindé, aucune protection rapprochée parce qu’elle n’avait jamais reçu de menace », a ajouté le député qui est membre d’une commission d’enquête sur les milices parapolicières et vit sous protection policière.

L’assassinat de l’élue avait provoqué des manifestations massives dans tout le Brésil et suscité également beaucoup d’émotion à étranger.

Le gouvernement conservateur du président Michel Temer, prédécesseur de Jair Bolsonaro, avait promis d’arrêter rapidement et de juger les coupables, suscitant une grande perplexité dans un pays où l’écrasante majorité des homicides reste impunie.

Mais l’enquête n’a marqué aucun progrès notable pendant un an, à la grande frustration des militants des droits de l’homme qui n’ont cessé de réclamer justice pour « Marielle », dont le visage rayonnant est toujours visible sur de nombreux murs de Rio, accompagné du message « Marielle presente ».

Pour le 1er anniversaire de sa mort, de nombreuses manifestations devaient se dérouler jeudi dans le pays. Le carnaval de Rio, début mars, avait été l’occasion d’un hommage très appuyé à Marielle Franco de l’une des écoles de samba, Mangueira, qui a d’ailleurs été sacrée championne à l’issue des défilés.

Selon les services du procureur en charge de la lutte contre le crime organisé, « l’assassinat a été méticuleusement planifié pendant les trois mois ayant précédé le crime ».

« Il est incontestable que Marielle Franco a été exécutée sommairement en raison de son militantisme politique et des causes qu’elle défendait », a ajouté le parquet.

Rio de Janeiro est confrontée depuis une vingtaine d’années au phénomène des milices, des groupes formés d’agents ou d’ex-agents de sécurité qui font régner leur loi dans les favelas, contre lesquelles Marielle Franco avait milité.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut