International › APA

Burkina : 80 civils et militaires tués en trois semaines

La dernière attaque de la mine d’or de Kougdiguin dans la nuit du jeudi 31 mars au vendredi 1er avril, a fait une vingtaine de morts.Alors le régime de la transition de Ouagadougou se dit prêt à négocier avec les groupes armés, les massacres se poursuivent au au Nord du pays. 

Au total, plus 80 civils et militaires ont eu tués en l’espace de trois semaines au Burkina Faso. Une flambée de la violence confirmée par la dernière attaque au Nord-Est du pays. 

Plusieurs dizaines d’hommes armés à bord de motocyclettes ont attaqué le site d’orpaillage de Kougdiguin près de Barga, une localité de la commune rurale de Bouroum, dans la province du Namentenga selon des sources locales. 

L’attaque serait l’œuvre d’individus armés qui ont ouvert le feu sur les orpailleurs sans distinction causant au moins 20 morts selon une autre source locale. 

Les attaques sur les mines d’or sont devenues fréquentes ces derniers jours au Burkina Faso. Le 12 mars dernier, onze personnes avaient été tues dans l’attaque d’une mine d’or artisanale à Baliata, une localité située sur l’axe Dori, chef-lieu de la région du Sahel, également dans le nord du Burkina. Les assaillants tentaient de saboter des installations de plusieurs forages selon un responsable local.

Dimanche 13 mars, au moins 13 gendarmes burkinabè avaient été tués dans une embuscade près de Taparko, localité minière située dans le nord du pays en proie à des attaques jihadistes fréquentes et meurtrières.


Deux jours avant, des hommes armés ont attaqué la mine d’or sauvage de Tondobi, située dans la commune de Seytenga, près de la frontière nigérienne, faisant une dizaine de morts.

Le Burkina Faso dans sa partie Nord du pays et l’Est est confronté à de nombreuses attaques jihadistes qui ont fait plus de 2000 morts et près d’1,7 millions déplacés depuis 2015.

Cet Etat d’Afrique de l’Ouest est secoué depuis quelques années par une crise sécuritaire en lien avec la menace jihadiste qui se répand au Sahel. Le 24 janvier dernier, le président Roch Marc Christian Kaboré au pouvoir depuis 2015, a été destitué par l’armée qui lui reproche d’être inefficace face aux groupes jihadistes et la menace terroriste.

Le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba qui a pris le pouvoir, s’est fixé pour mission durant la période de transition de 36 mois, de « remettre le pays sur le bon chemin et de rassembler toutes ses forces afin de lutter pour son intégrité territoriale, son redressement et sa souveraineté. »


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut