International › APA

Burkina : les artisans au service du combat contre le Covid-19

Pas d'image

Rencontre avec des artisans burkinabè qui mettent leur savoir-faire et leurs moyens dans la lutte contre le coronavirus.Georges Pitroipa s’occupe dans son  atelier de soudure au sud-ouest de Ouagadougou, la capitale du « pays  des hommes intègres ». Cet ouvrier spécialisé a la ferme intention de  participer à l’effort national pour casser la chaîne de transmission du  Covid-19. C’est pour cette raison que ce père de deux enfants vient  d’ailleurs d’inventer un système subtil de lavage des mains. « J’ai  remarqué que les gens utilisaient leurs mains pour ouvrir le robinet, la  boîte de savon liquide, etc. Cela comporte des risques. J’ai donc  réfléchi à un système de lavage des mains avec le moins de manipulations  possibles », raconte l’artisan.

Les  mains constituant, selon les experts, un des plus importants vecteurs de  transmission du virus, le mécanisme mis au point par Georges permet une  utilisation efficace sans contacts manuels. Du coup, les pieds sont  sollicités dans ce système mécanique pour la distribution de l’eau et du  savon liquide.

Georges,  la trentaine révolue, confectionne trois modèles de lave-mains ayant  respectivement une, deux ou trois pédales. Les prix sont compris entre  40.000 et 120.000 F CFA (60 et 182 euros). « Nous pouvons fabriquer  quotidiennement dix lave-mains à une pédale, huit à deux pédales et  trois à trois pédales », informe-t-il.

Le Faso Dan Fani mis en vedette

Ce  pagne tissé a, depuis longtemps, dépassé les frontières burkinabè.  Promu par le charismatique ancien chef de l’Etat Thomas Sankara, le Faso  Dan Fani (pagne tissé de la patrie, en langue locale) s’est imposé dans  le style vestimentaire des Burkinabè. L’actuel président de la  République, Roch Marc Christian Kaboré en est actuellement l’un des plus  illustres ambassadeurs.

Créatrice de  la marque Ange Confection, Césarine Massom a porté son dévolu sur ce  tissu traditionnel pour coudre des masques alternatifs destinés au grand  public. Dans son local niché à Dassasgho, un quartier situé à l’est de  Ouagadougou, le travail bat son plein.


«  Les populations avaient des difficultés à trouver des masques médicaux.  Mon objectif est de contribuer à la bataille contre la propagation de  la maladie », souligne la jeune entrepreneure.

Césarine  Massom, qui répète ne pas être motivée par le profit, vend ses masques  en tissu à 150 F CFA l’unité (22 centimes d’euros). « Il s’agit d’un  prix social. On n’a pas tenu compte de tous les coûts de production  notamment le pagne tissé, les accessoires et le temps de confection »,  explique-t-elle.

Pour la patronne  d’Ange Confection, le but est de permettre au maximum de personnes de «  s’en procurer » afin que le virus ne circule pas sans entraves dans son  pays.

Depuis le 9 mars dernier, le Burkina Faso a dénombré 581 cas de Covid-19 sur son territoire et le virus a déjà causé 38 décès.

En  Afrique, la barre du millier de morts a récemment été franchie. Seuls  deux pays du continent sont officiellement épargnés par la pandémie : le  Lesotho et les Comores.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.04.2019

Safari dans le parc de Niokolo Koba

330 espèces d’oiseaux, 80 espèces de mammifères, 60 espèces de poissons et 36 espèces de reptiles peuplent ce parc; et c’est bien, ce qui en…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut