International › APA

Cameroun-Guinée Équatoriale : vers la réouverture de la frontière terrestre

Les autorités du Cameroun et de la Guinée Équatoriale envisagent la réouverture de leur frontière terrestre, fermée depuis un an par Malabo à la suite d’un coup d’État manqué survenu sur son sol, a appris APA vendredi auprès des services compétents du ministère des Relations extérieures à Yaoundé.Cette annonce fait suite à une réunion, tenue mardi dernier entre responsables des deux pays dans la localité équato-guinéenne de Kye-Ntem, destinée à la prise de mesures de coopération et de sécurité permanentes pérennes.

Selon les mêmes sources, Malabo exige, entre autres, du Cameroun la fermeture des voies clandestines de contournement du principal poste frontalier de Kye-Ossi, mais aussi l’usage des couloirs normaux par les opérateurs économiques et les transporteurs.

En outre, la Guinée Équatoriale souhaite que les biens et les personnes en provenance du Cameroun se soumettent aux contrôles règlementaires.

L’application de ces conditionnalités pourrait connaître des fortunes diverses, vu que les deux pays sont, d’une part, liés par le principe de la libre circulation des personnes et des biens, dans le cadre de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), mais ont, d’autre part, des familles communes de part et d’autre de la frontière. Ces dernières ont des pratiques qui transcendent les formalités migratoires.


La frontière terrestre entre le Cameroun et la Guinée Équatoriale avait été fermée suite à l’arrestation, le 27 décembre 2017 par la police dans la ville camerounaise de Kye-Ossi (Sud), d’un groupe de présumés mercenaires d’origine centrafricaine, soudanaise et tchadienne, accusés d’avoir voulu renverser le régime de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo à Malabo.

Les échanges entre les deux voisins avaient connu un coup de frein jusqu’au 17 avril 2018, lorsque les autorités équato-guinéennes annoncèrent la réouverture de la frontière, mais uniquement les mardis et les vendredis.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut