International › APA

Cameroun : report de la Conférence générale des anglophones

Pas d'image

La Conférence générale des anglophones (AAC, sigle anglais) qui devrait se tenir à patir de ce jeudi à Buéa dans la région du Sud-ouest est reportée à une date ultérieure « faute d’autorisation pour des raisons sécuritaires», a appris APA mardi auprès des organisateurs.Les raisons sécuritaires sont à l’origine du report de cette rencontre qui devrait réunir les ressortissants du Nord-ouest et du Sud-ouest ainsi que toutes les personnes de bonne volonté désireuses d’apporter des propositions pour une sortie de crise qui secoue les régions anglophones depuis deux ans.

Il s’agit là, de la deuxième annulation de cet évènement après celui qui était prévu du 29 au 30 août 2018 initié par l’archevêque émérite de Douala, le cardinal Christian Tumi et comprenant en son sein, des membres de la société civile et des leaders religieux.

Selon des sources fiables, dès l’annonce de cette conférence certains ressortissants du Nord-ouest et du Sud-ouest se sont opposés à sa tenue au Cameroun, exigeant que cet événement se tienne à l’étranger pour permettre à la diaspora de prendre part aux assises.

A cause des menaces qui planent sur les organisateurs, porte-parole de l’AAC, Simon Munzu a dû démissionner de ses fonctions la semaine dernière, expliquant que «   ce qui a motivé mon départ c’est le fait que des leaders séparatistes aient dit au cardinal que leur hostilité se fonde sur ma présence au sein de ce comité ».


Des sécessionnistes qui dénoncent « l’assimilation » des anglophones par les francophones disent se « battre » pour l’indépendance de cette partie duterritoire qui représente 20% de la population du pays.

Selon un récent rapport d’Amnesty International, cette crise a fait déjà plus de 700 morts dont 156 soldats d’après le ministère camerounais de la Défense, alors que le Haut-commissariat aux réfugiés (HRC) évalue à près de 400 000 le nombre de réfugiés et de déplacés internes.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut