International › AFP

CAN-2019: Renard mystérieux sur son avenir au Maroc

Le sélectionneur du Maroc, Hervé Renard, n’a pas évoqué son avenir après l’élimination surprise face au Bénin dès les 8es de la CAN, vendredi au Caire (1-1 a.p; 4-1 aux t.a.b.), mais a appelé ses joueurs à « ne retenir que le meilleur de leur aventure ».

« Je tiens dans ce moment très douloureux pour tous les amoureux du football marocain, à remercier les joueurs qui ont été exceptionnels pendant toute cette longue période. Leur dire que je les aime et qu’il ne faut retenir que le meilleur de notre aventure », a écrit le technicien français, en poste depuis 2016, dans un message sur les réseaux sociaux qui alimentera les rumeurs de départ qui circulent depuis plusieurs semaines.

« Je remercie également tous les fans qui se sont déplacés en Egypte, en Russie (pour le Mondial), à tous ceux qui nous ont supportés tout au long de cette route au Maroc et ailleurs. Vous avez été d’un soutien magnifique », a-t-il poursuivi.

« Ce n’est pas le bon moment de parler de ça (son futur) », avait-il dit plus tôt. « Ca fait trois ans et demi que je suis au Maroc, avec des joueurs qui m’ont beaucoup donné. Ce soir, il est 21h20, il est encore tôt. Tranquille, on va rentrer à l’hôtel. Malheureusement, il va falloir faire nos valises. Et puis avec la déception avec les jours qui vont s’écouler, chacun prendra les décisions qu’il doit prendre en son âme et conscience. »

Deux fois vainqueur de la CAN, en 2012 avec la Zambie et en 2015 avec la Côte d’Ivoire, Renard n’a pas réussi à rééditer l’exploit avec les Lions de l’Atlas, en quête du trophée depuis 1976. Avant l’échec face au Bénin, il s’était arrêté en quarts en 2017.


Au Caire, il a été battu à la surprise générale par le Bénin, novice à ce niveau, alors que le parcours parfait en poules – trois victoires sur trois – laissait entrevoir une issue favorable.

« Aujourd’hui c’est très simple: on était venu avec des ambitions et on a chuté », a-t-il affirmé.

« Dans le vestiaire, c’était silence total. Je me suis efforcé de serrer la main à tous les joueurs, à tous les membres du staff, au président et au ministre qui sont venus dans le vestiaire et voilà, rien d’autre. Pas un mot, quelques pleurs… Ca fait partie du football. Le football est tellement passionnant qu’on passe par toutes les émotions, et ce soir elles sont mauvaises », a-t-il encore déclaré.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut