International › AFP

Cinq choses à savoir sur le Malawi

Le Malawi, dont le président Peter Mutharika brigue un second mandat le 21 mai, est un pays enclavé d’Afrique australe, essentiellement agricole et l’un des plus pauvres au monde.

– Grand lac –

Couvrant environ un cinquième de la superficie du pays (118.484 km2), le lac Malawi est l’un des plus vastes d’Afrique, long de 580 km sur 75 de large. Très poissonneux et potentiellement riche en pétrole, il fait l’objet d’un différend frontalier avec la Tanzanie.

En mars, le pays a été durement frappé par le cyclone Idai qui a également dévasté le Mozambique et le Zimbawe.

Environ 80% des 18 millions de Malawites sont chrétiens, les autres étant animistes ou musulmans. Le pays compte deux langues officielles, l’anglais et le chiwewa.

– Stabilité politique –

Ancien protectorat britannique du Nyassaland, le Malawi, devenu indépendant en 1964, est dirigé sans partage par Hastings Kamuzu Banda jusqu’aux premières élections multipartites de 1994, remportées par Bakili Muluzi, réélu en 1999.

Bingu wa Mutharika, frère de l’actuel chef de l’Etat, lui succède en 2004. Réélu en 2009, il décède en 2012. La vice-présidente Joyce Banda termine le mandat, terni par un gigantesque scandale de corruption dit du « cashgate ».

Peter Mutharika, élu en 2014, a vu sa popularité écornée par un scandale de pots-de-vin, des pénuries de nourriture et des coupures d’électricité.

– Tabac, sécheresse et pauvreté –

Le Malawi est un pays essentiellement agricole, produisant notamment du tabac, du thé et du sucre.

Seuls 11% de sa population ont accès à l’électricité, et une moitié vit sous le seuil de pauvreté.

En 2018, la Banque mondiale estime la croissance du PIB à 3,5%, ralentie par une moindre production agricole due à la sécheresse et à une invasion de chenilles.


Le Malawi est classé 171ème sur 189 pays pour son indice de développement humain (Pnud 2018).

La Chine est son premier partenaire commercial.

– Albinos, vampires et « hyènes » –

Chaque année, des dizaines d’albinos sont pourchassés, tués et amputés de leurs membres, utilisés pour des rituels censés apporter richesse et chance. Une commission d’enquête a été établie en mars pour élucider une vague d’attaques meurtrières.

L’existence de vampires fait également l’objet de rumeurs et d’incidents récurrents.

Autre pratique liée à la superstition dans le sud, des parents d’adolescentes embauchant un homme, surnommé « la hyène », pour les déflorer après leurs premières règles, afin de protéger leur famille ou leur village.

Le cas d’un homme séropositif qui s’est targué d’une centaine de relations de ce type a provoqué un tollé en 2016.

– Epidémie de sida –

En 2017, près d’un million de personnes vivaient avec le sida au Malawi, selon l’Onusida, avec un taux de prévalence du virus VIH de 9,6% chez les 15-49 ans.

Le sida a provoqué près d’un million d’orphelins. La pop star Madonna se rend régulièrement au Malawi, où elle a créé en 2006 une fondation pour aider les orphelins. Elle y a adopté quatre de ses enfants.

En 2015, le Malawi, qui affiche un des taux les plus élevés de mariages précoces, a interdit le mariage des moins de 18 ans.

ang/alc/pa/jlb

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut