International › AFP

Comores: arrestation de l’un des candidats battus à la présidentielle

L’un des candidats battus à l’élection présidentielle contestée de dimanche aux Comores, le colonel Soilihi Mohamed, a été arrêté mercredi à Moroni après avoir pris la tête d’un « conseil national de transition », a-t-on appris dans son entourage.

L’un des membres de sa campagne, Kamal Eddin Sindou, a expliqué à l’AFP que Soilihi Mohamed, dit « Campagnard », avait été interpellé à son domicile à Moroni après avoir une nouvelle fois contesté la réélection, selon lui frauduleuse, du président sortant Azali Assoumani.

Peu de temps avant son interpellation, il avait annoncé publiquement qu’il prenait la tête d’un « conseil national de transition » destiné à « régler la crise post-électorale » et « assurer une transition pacifique ».

« La démocratie dans notre pays a été piétinée et notre dignité d’hommes libres a été bafouée par des individus sans conscience, sans coeur, sans âme, sans foi ni loi », a-t-il lancé.

« Nous allons organiser la résistance (…). Le scrutin du 24 mars a été une tromperie, une mascarade et une honte pour la démocratie et la nation toute entière », a-t-il ajouté, appelant la population à ne pas recourir « à la violence ».


Soilihi Mohamed est arrivé 4e du scrutin de dimanche, remporté haut la main (60,77% des suffrages) par le colonel Azali, au pouvoir depuis 2016, selon les résultats provisoires proclamés par la Commission électorale (Ceni).

L’opposition a hurlé au « hold-up » et au « coup d’Etat électoral », dénonçant les « fraudes massives » du camp présidentiel.

Les ONG comoriennes et de nombreux observateurs étrangers ont largement confirmé les irrégularités relevées par les douze adversaires du chef de l’Etat sortant.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut