International › APA

Côte d’Ivoire: 11 morts et 108 blessés après les violences communautaires de Béoumi (Gouvernement)

Pas d'image

Le bilan actualisé des affrontements inter-communautaires survenus la semaine dernière à Béoumi dans le Centre ivoirien fait état de 11 morts, 108 blessés, 300 déplacés et d’importants dégâts matériels, a annoncé mercredi à Abidjan, le gouvernement ivoirien au terme d’un Conseil des ministres présidé par le président Alassane Ouattara.«  Le bilan actualisé le 20 mai 2019 fait état de 11 personnes décédées, 108 personnes blessées, 300 personnes déplacées et d’importants dégâts matériels », a indiqué à la presse,  Sidi Tiémoko Touré, le porte-parole du gouvernement ivoirien à l’issue de cette rencontre hebdomadaire de l’exécutif.

 « En vue de ramener la paix et la cohésion sociale entre les différentes communautés, le Conseil a décidé de maintenir pour une durée de deux semaines les unités des forces de sécurité déployées dans le département de Béoumi», a fait savoir M. Touré, soulignant que le gouvernement condamne « avec fermeté » ces violences.

Poursuivant, il a annoncé la prise en charge par l’État, des frais médicaux de toutes les personnes blessées lors de ces affrontements,  le convoyage des dons de vivres et non-vivres aux personnes déplacées et l’assistance aux familles qui ont perdu un membre ainsi qu’aux personnes ayant vu leurs biens détruits.

Dans la foulée, il a assuré « qu’aucune armes de guerre» n’a été utilisée lors de ces affrontements communautaires.  Le porte-parole du gouvernement a aussi annoncé l’ouverture d’une enquête pour identifier les auteurs ou les acteurs de ces violences.


« Il s’agit exclusivement des fusils de chasse traditionnels qui ont été utilisés lors de ces affrontements. Aucune arme de guerre n’a été utilisée », a insisté M. Touré qui est également le ministre de la communication et des médias.

Une altercation entre un conducteur de moto-taxi et un chauffeur de mini-car, est à l’origine de ces affrontements  survenus mercredi et jeudi.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut