International › APA

Côte d’Ivoire: 22% d’accidents enregistrés dans les couloirs électriques

La Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE) a enregistré 22% d’accidents dans des couloirs électriques, une proportion importante, que la société veut annihiler pour garantir un taux zéro accident lié à ses installations.

Pour ce faire, la société, en charge de la distribution du courant électrique en Côte d’Ivoire mise sur la sensibilisation afin que les populations installées dans des emprises de lignes électriques puissent quitter les lieux.

Elle a organisé, dans le cadre de cette sensibilisation entamée depuis, une visite de sites sous hautes tensions occupés par des populations à Abidjan. Les installations observées sont soit à usage d’habitation ou à but commercial. 

Selon M. Amara Soumahoro, directeur adjoint en charge de la sécurité au travail à la CIE, « cette étape de sensibilisation avec l’appui de la presse » vise à faire comprendre les populations que s’installer sous les lignes électriques représente un réel un danger.

Ces installations des populations créent en outre « des difficultés en termes d’accès aux ouvrages et de réactivité de nos équipes », a-t-il dit. Pour une adhésion massive à la démarche, des organisations communautaires, de jeunes et des leaders d’opinion ont été rencontrés.  

S’il n’y a pas de réaction de ces populations dans ces zones à risque, il sera procédé en accord avec les forces de l’ordre le passage à « une phase supérieure pour contraindre les uns et les autres à quitter ces endroits », a-t-il prévenu.   

Cette posture des populations peut provoquer des risques d’électrocution ou encore des incendies, a fait observer M. Amara Soumahoro, à l’issue de la visite de sites sous hautes tensions occupés par des habitants.

Au quartier Abattoir de Port-Bouët, dans le Sud d’Abidjan, des installations économiques sont visibles sous des lignes hautes tensions, de même qu’au secteur Agban contiguë à Cocody (Est) où des fabricants de lits occupent un espace sous haute tension. 

Derrière l’Université publique Nagui Abrogoua, existe un quartier dénommé « UTD », où une population nombreuse a érigé des habitations de fortune, exposant des familles à des risques d’accidents électriques. 

Les emprises des ouvrages, en général, sont occupées par des habitations précaires et en dur, des entreprises industrielles, des ateliers de mécaniques, des ferrailleurs, des garages de pièces de rechanges et des épaves. 


La CIE veut garantir zéro accident d’origine électrique pour les populations. Au niveau de l’intérieur, elle accentue aussi la sensibilisation, mettant le focus sur l’orpaillage clandestin, afin qu’il ne soit pas crée davantage de trous aurifères qui représentent des dangers pour ses techniciens et les habitants.    

Les proportions des accidents de tiers depuis janvier 2021 indiquent, 29% d’accidents pour les installations intérieures; 3% pour les fraudes, 12% pour les branchements, 5% pour les accès délibérés et 29% pour les travaux à proximité des ouvrages électriques. 

La compagnie, un acteur important dans la gestion du système électrique ivoirien accorde ostensiblement une importance capitale à la vie humaine. Dans sa politique sécurité, elle assure viser zéro accident d’origine électrique. 

Pour éviter les accidents de cette nature, il est interdit d’occuper les emprises des ouvrages « HTA (15 kV ou 33 kV) : 7 mètres de part et  d’autres de la ligne; HTB (90 kV): 15 mètres de part et d’autres de la ligne; HTB (225 kV): 18 mètres de part et d’autres  de la ligne », signale l’entreprise.  

Les risques électriques proviennent notamment des contacts avec une pièce conductrice portée à un potentiel différent de celui de la personne exposée ou encore des amorçages qui entraînent, selon la puissance électrique en jeu, des étincelles ou des arcs électriques (projection de particules en fusion). 

Ils sont également causés par des courts-circuits dont les effets (effet de souffle et thermique) sont parfois liés à la puissance électrique en jeu. Les accidents électriques enregistrés sont: les électrisations, les électrocutions et les incendies. 

Par ailleurs, les accidents d’origine électrique proviennent des appareils électriques utilisés, ainsi que des installations intérieures ou des ouvrages électriques exploités par la société en charge de la distribution de l’électricité dans le pays.     

L’occupation des emprises sous haute tension est généralement due à l’insouciance des populations, à l’ignorance des dangers électriques et à une résignation de ces populations du fait du pouvoir d’achat.   


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut