International › APA

Côte d’Ivoire: 4000 tonnes de pesticides frauduleux entrent dans le pays chaque année (Ministre)

Quelque 4000 tonnes de pesticides frauduleux entrent sur le territoire ivoirien chaque année, a révélé lundi à Abidjan, le ministre ivoirien de l’environnement et du développement durable, Pr Joseph Séka Séka.« Les pesticides,  en nous permettant d’avoir des productions florissantes ne sont pas moins nuisibles pour notre santé. Il y a 4000 tonnes de pesticides frauduleux qui entrent sur le territoire ivoirien chaque année », a déploré Pr Séka Séka qui s’exprimait à la faveur de la cérémonie d’ouverture de la première édition des journées scientifiques sur les pesticides en Côte d’Ivoire organisée par le Projet de gestion des pesticides en Côte d’Ivoire ( PROGEP-CI).

Ce colloque organisé autour du thème « Utilisation des pesticides en Afrique : état des lieux et perspectives de réduction des produits de synthèse », a notamment pour objectif de faire l’état des lieux des acteurs de la recherche ainsi que les résultats obtenus en Côte d’Ivoire et dans certaines régions d’Afrique.

Poursuivant, M. Séka a également fait remarquer que les pesticides frauduleux sont un véritable « danger» pour la santé et l’environnement, exprimant sa foi en ce que « les éminents scientifiques présents à ces assises aideront notre pays à relever ce défi de la gestion des pesticides ».

Avant lui, Léon Oka, le représentant du président du Conseil économique, social, environnemental et culturel, a estimé que l’utilisation inappropriée des pesticides entraîne des coûts supplémentaires pour les agriculteurs.

 « Ce colloque favorisera les synergies d’actions et les partages d’expériences entre les chercheurs sur le cycle de vie des pesticides», a indiqué M. Oka.

Pour sa part,  le président du Comité d’organisation de cette première édition des journées scientifiques sur les pesticides, Pr Joseph Ipou,  a soutenu que la problématique des pesticides est une question de « bonne gouvernance».


Par ailleurs, il a passé en revue  les conséquences néfastes des pesticides obsolètes sur la santé et l’environnement. Environ 6000 dépôts de pesticides ont été répertoriés en Côte d’Ivoire dont 57% ont été visités à la faveur d’un inventaire qui est en cours, a fait savoir Pr Ipou.

Cette opération qui devra prendre fin en décembre prochain, a-t-il ajouté, permettra de dresser une base de données nationales des pesticides.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, les pesticides frauduleux cause la mort de 250.000 personnes par an dans le monde. Des conférences thématiques et plusieurs communications orales, animées par des  experts, sont entre autres des activités au menu de ces assises qui s’achèveront mardi.

Ces communications porteront également sur les alternatives aux pesticides de synthèse, l’impact socioéconomique des pesticides et l’impact des pesticides sur la santé et l’environnement. Le PROGEP-CI, initiateur de ces journées scientifique sur les pesticides, mis en œuvre pour 5 ans en Côte d’Ivoire ( 2016-2021), a principalement pour objectif d’améliorer la gestion des pesticides obsolètes et déchets associés dans le pays par la promotion d’une gestion rationnelle des pesticides tout au long de leur cycliste de vie.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut