International › APA

Côte d’Ivoire: APDH appelle à une réforme « sans délai » de la CEI

Actions pour la protection des droits de l’homme ( APDH), une organisation de défense des droits de l’homme en Côte d’Ivoire, a appelé à une réforme « sans délai » de la Commission électorale indépendante ( CEI, organe électoral) après les élections locales du 13 octobre dernier qui ont fait officiellement 5 morts dans le pays.Dans une déclaration transmise samedi à APA, l’APDH formule plusieurs recommandations après observation de l’ensemble des opérations électorales au nombre desquelles la « réforme sans délai » de la Commission électorale indépendante.

Au-delà de la CEI, la déclaration signée par Nantenin Traoré, la secrétaire générale de  l’APDH, recommande entre autres, la « nécessité » de reformer toutes les institutions intervenant dans les élections, d’exercer des poursuites contre les auteurs des violences, d’exercer des poursuites judiciaires contre les ex « chefs de guerre» intervenus dans le processus électoral et démettre et poursuivre les responsables des CEI locales en cause.

Selon Mme Traoré, les violences observées à l’issue de ces élections qui ont fait cinq morts étaient « prévisibles ».  

« Au moment où la CEI livre son bilan général et que le gouvernement annonce cinq pertes en vies humaines et en attendant l’issue des recours judiciaires des candidats insatisfaits, l’APDH partage ici les observations que lui inspire l’ensemble des opérations électorales », indique auparavant le communiqué énumérant,  entre autres, parmi ces observations, la persistance de la tension politique, des cas de fraudes alléguées, la mise en cause de l’indépendance de la CEI et les violences postélectorales.


La réforme de la CEI annoncée début août concerne l’élection présidentielle de 2020, précisait le chef de l’État ivoirien  le 05 septembre dernier  de retour d’une visite d’État en Chine ajoutant que par conséquent « il n’y aurait pas de report» des élections locales ivoiriennes qui se sont tenues finalement le samedi 13 octobre dernier.

 Cinq décès ont été officiellement enregistrés à la suite de ces élections. A l’issue du scrutin municipal, le Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix ( RHDP, coalition au pouvoir)  a obtenu 92 communes, soit 46%, le Parti démocratique de Côte d’Ivoire ( PDCI, ex-allié au pouvoir) a obtenu 50 communes, soit 25%.

Quant au Front populaire ivoirien ( FPI, opposition), il s’en sort avec 02 communes, soit 0,1% et enfin les listes indépendantes ont obtenu 56 communes, soit 28%. Concernant les régionales, le RHDP a raflé 18 régions, soit 60%, le PDCI a obtenu 06 régions soit 20%, le PDCI-RHDP remporte 02 régions (6,67%). Quant au FPI, il s’en sort avec une région (3,33%) et les indépendants ont remporté 03 régions ( 10%).

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut