International › APA

Côte d’Ivoire : des chefs traditionnels en médiation entre Bédié et Ouattara

Pas d'image

Les chefs traditionnels du Sud Comoé, Grands Ponts et des Lagunes, en mission de médiation chez Henri Konan Bédié à Daoukro (Centre-Est), ont souhaité, mardi, un dialogue entre le leader du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) et le chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara, a constaté APA sur place.A cette occasion, le président du Pdci (ex-allié à la coalition au pouvoir), Henri Konan Bédié a déclaré que le dialogue entre lui et le chef de l’Etat Alassane Ouattara pour des élections apaisées en 2020 «ne peut pas prospérer dans le contexte d’un Rhdp parti unifié (pouvoir) en dehors duquel il n’y a pas de salut ».   

M. Bédié s’exprimait lors d’une rencontre, à son domicile à Daoukro, avec les chefs traditionnels des régions du Sud Comoé (départements d’Aboisso, Adiaké, Tiapoum), des Grands Ponts (départements de Dabou, Jacqueville et Grand Lahou) et la Région des Lagunes (département d’Abidjan).   

Cette démarche est l’aboutissement d’une concertation des autorités coutumières de ces régions, a indiqué Faustin Abodou, chef du village d’Akéikoi, porte-parole du collectif des chefs. Et ce, après une rencontre avec M. Ouattara, le 23 avril 2019 au palais de la présidence à Abidjan, pour évoquer la situation socio-politique.   

Il s’agit d’une « mission de médiation » pour encourager le leader du Pdci, Henri Konan Bédié, à amorcer le dialogue avec le chef de l’Etat Alassane Ouattara, président du Parti unifié Rhdp (Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix), la coalition au pouvoir, a souligné M. Abodou.  

M. Bédié a toutefois dit qu’il « demeure fondamentalement attaché à la recherche de la paix », mais en face, les tenants du pouvoir d’Etat affirment « sans ambages qu’il n’y a pas de salut en dehors du parti unifié Rhdp, et s’il n’y a pas de salut qu’est-ce qu’il y a, il y a la mort ». 

Le président du Pdci a fait savoir que de temps en temps lui et M. Ouattara se passent des coups de file, se souhaitent bonne fête ou se disent  « Yako (condoléance)» pour un décès, mais « ce n’est pas le dialogue concernant la gestion des affaires de l’Etat pour lesquels je ne suis plus jamais associé ».

« C’est le dialogue pour les élections apaisées, transparentes et crédibles en 2020 qui ne peut pas prospérer dans le contexte d’un Rhdp parti unifié hors duquel il n’y a pas de salut », a déclaré M. Bédié devant les chefs traditionnels.

Il a ailleurs déploré « les pressions, les chantages, et autres menaces exercées » par le Rhdp sur les cadres du Pdci et des autres partis politiques, avec des « limogeages injustifiés de certains hauts responsables de l’administration ivoirienne pour avoir refusé d’adhérer au parti unifié Rhdp, puisque hors de ce parti, il n’y a pas de salut ». 


«Quel est donc la voie pour mener un tel dialogue si la simple liberté d’opinion du citoyen et surtout du fonctionnaire consacrée par la Constitution n’est pas garantie », a-t-il poursuivi, avant d’ajouter «dans ce contexte, l’on assiste à un recul grave des acquis démocratiques ».

Selon l’ex-président ivoirien, Henri Konan Bédié,  le « malaise est réel et profond », toutefois il « ne désespère pas au nom de la paix et de la nécessaire réconciliation entre les fils et filles de la Côte d’Ivoire ».

«  Je vous renouvelle mon attachement et mon adhésion au dialogue qui pour moi, demeure l’arme des forts », a réitéré M. Bédié face aux têtes couronnées qui ont demandé au chef de l’ex-parti unique de « faire des sacrifices » pour la paix en Côte d’Ivoire.   

Les chefs traditionnels à qui il est « apparu urgent de partager les préoccupations et les inquiétudes des populations » sur la présidentielle de 2020, avaient à leur côté le gouverneur du District d’Abidjan, Robert Mambé. Ils ont dit relever avec « tristesse et amertume » le « divorce » entre M. Bédié et son cadet Alassane Ouattara.  

Pour M. Bédié « toutes les inquiétudes découlent du Rhdp parti unifié hors duquel il n’y a pas de salut ». Il a remercié les chefs traditionnels de réaffirmer ainsi la portée du dialogue qui d’ailleurs n’a jamais été rompu entre le président de la République Alassane Ouattara et lui-même. 

M. Bédié annonce dans quelques mois et avant les élections une rencontre avec l’ensemble des chefs traditionnels de Côte d’Ivoire à Yamoussoukro pour « une dernière entrevue et un dernier examen pour examiner les voies et moyens d’aller à des élections apaisées, crédibles et transparentes » à l’élection présidentielle de 2020.  



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Zapping Actu International
À LA UNE
Retour en haut