International › APA

Côte d’Ivoire/ FPI: Gbagbo reçoit Agnès Monnet après sa démission du camp Affi

Pas d'image

L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo en liberté conditionnelle à Bruxelles en Belgique, a accordé une audience à Mme Agnès Monnet après la démission de cette dernière du secrétariat général de la tendance modérée du Front populaire ivoirien ( FPI, parti de Gbagbo) dirigée par Pascal Affi N’Guessan, a appris APA vendredi auprès de l’aile radicale de cette formation politique.Selon un communiqué de cette tendance radicale du FPI dirigée par M.  Gbagbo lui-même et baptisée le « FPI de Gbagbo » transmis à APA,  l’ancien pensionnaire de la Haye a reçu jeudi et vendredi  à  Bruxelles Mme Monnet à la demande de celle-ci  en présence de plusieurs  vice-présidents de son parti dont Issa Malick Coulibaly et Laurent  Akoun. 

« Au cours de ces audiences, la camarade Agnès Monnet a indiqué  au président Laurent Gbagbo qu’elle a décidé de retrouver dans l’unité  sa famille politique, le FPI. En réponse et conformément aux décisions  des congrès de Mama du 30 avril 2015 et de Moossou des 03 et 04 août  2018, le président Laurent Gbagbo a rappelé que la camarade Agnès Monnet  n’a jamais été exclue du parti. Il salue donc son retour dans la grande  famille du FPI», rapporte le communiqué signé par Laurent Akoun, le 4è  vice-président du «FPI de Gbagbo». 

Saisissant cette occasion, indique le  texte, M. Gbagbo a instruit les membres du secrétariat exécutif de son  parti présents à cette rencontre, d’informer le secrétariat général de  sa « mise en mission pour la réunification du parti ainsi amorcée en  réservant un accueil militant à tous les camarades qui ont décidé ou qui  souhaitent rejoindre comme la camarade Agnès Monnet notre grande  famille ». 

Jeudi dernier, une rencontre annoncée à Bruxelles entre  l’ex-président ivoirien et fondateur du FPI, Laurent Gbagbo et Pascal  Affi N’Guessan, le « président légal » de cette formation politique n’a  pu avoir lieu parce que le premier ayant posé des préalables avant ce  tête-à-tête. 


En effet, comme préalables,  M. Gbagbo a signifié sa  disponibilité à recevoir M. Affi à condition que ce dernier «  reconnaisse les congrès du FPI de Mama et de Moossou et  respecte les  décisions qui en ont découlées». De retour à Abidjan après ce  rendez-vous manqué avec son ancien mentor, M. Affi a soutenu dans une  conférence de presse ne pas reconnaître M. Gbagbo comme le président du  FPI. 

« Avec tout le respect que je lui dois, il ( Gbagbo) n’est pas le  président du FPI. Je peux de ma propre initiative décider de me retirer  de la direction du parti au profit d’un autre cadre du FPI y compris le  président Gbagbo, mais on ne peut pas me dire que Gbagbo est le  président du FPI », avait indiqué M. Affi. 

Au lendemain de cette sortie  de M. Affi,  diversement appréciée, Agnès Monnet, la secrétaire générale  de la tendance du parti qu’il dirige lui a adressé une lettre de  démission.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut