International › APA

Côte d’Ivoire: les agents du ministère du commerce dénoncent « l’insuffisance des moyens matériels»

Pas d'image

Les deux syndicats du ministère ivoirien du Commerce dénoncent, dans une motion de protestation adressée à la tutelle et dont copie est parvenue à APA, mardi, «l’insuffisance des moyens matériels, la mauvaise gestion des ressources humaines et le non-paiement de la prime d’intéressement» aux agents.Selon les signataires de la motion, Toto Patrice, Secrétaire général du Syndicat des agents du ministère du commerce de Côte d’Ivoire (SYNAMIC-CI) et Djé Kouassi, Secrétaire général du Syndicat national des agents des Prix de Côte d’Ivoire (SYNAP-CI), « le manque criard de moyens matériels (bureaux, véhicules, appareils étalons de vérification des instruments de mesure…) est un véritable problème » au ministère du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des Petites et moyennes entreprises (PME).

Sur la question de la « mauvaise gestion des ressources humaines », les syndicalistes dénoncent « la vacance » de plusieurs postes de responsabilité, avec le constat de « cumul de poste par certaines personnes alors que le ministère regorge, actuellement, de cadres compétents formés en majorité à l’Ecole nationale d’administration (ENA) et auxquels s’ajoutent les cadres admis aux différents concours professionnels option : commerce », écrivent MM. Toto et Djé.

Ils font, également, remarquer « les rotations récurrentes des agents dans les directions régionales du Commerce Intérieur pendant que ceux du Commerce Extérieur et de plusieurs autres services restent inamovibles depuis des décennies » ainsi que « les mutations abusives des agents et de certains responsables syndicaux ».

Pour eux, ces situations créent un « déséquilibre social et sont source de démotivation des agents victimes d’injustices et de violation des droits syndicaux ».


Les deux syndicats s’insurgent, également, contre « la prime d’intéressement dérisoire » payée aux agents et qui « va, malheureusement, decrescendo au point où les agents ne savent plus à quoi s’en tenir » surtout qu’ils observent « un traitement inégal et inéquitable d’octroi de prime aux agents d’un même département ministériel ».

Pour toutes ces raisons, le SYNAMIC-CI et le SYNAP-CI revendiquent « l’ajustement à 1500 FCFA par point d’indice et le paiement sans délai de la prime du premier trimestre 2019 en souffrance, la signature du Décret et de l’Arrêté portant prime indiciaire aux agents, la signature urgente du Projet de profil de carrière interne adopté de façon consensuelle depuis janvier 2015 pour permettre la promotion de l’excellence et des compétences internes ».

Ils demandent, aussi, « le rétablissement dans leurs droits et la mutation des responsables syndicaux qui sont victimes d’harcèlement, d’injustices et d’abus de pouvoir » ainsi que « la reconsidération des dernières mutations ».



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut