International › APA

Côte d’Ivoire : les festivités de l’an 58 célébrées hors du palais présidentiel après 38 ans

Pas d'image

Les festivités de l’an 58 de la Côte d’Ivoire ont été célébrées mardi à Abidjan sur le Boulevard Valéry Giscard D’Estaing (VGE), en dehors du palais présidentiel après 38 ans, en présence du chef de l’Etat Alassane Ouattara et de plusieurs hautes personnalités du pays.A bord d’un véhicule de commandement, le chef de l’Etat ivoirien, a reçu à l’entame des festivités, les honneurs des troupes constituées. Et ce, avant le défilé aérien et celui des différentes forces terrestres et de la marine nationale, sous des salves d’applaudissements des populations. 

Le défilé aérien a été exécuté avec des hélicoptères d’attaque. Ces aéronefs constituent une partie de la flotte de l’armée de l’air composée entre autres, d’avions de transport de troupes et des hélicoptères d’assaut et d’appui au sol (MI-24). D’autres aéronefs sont attendus en termes d’équipement. 

Un détachement des forces armées du Burkina Faso, du Mali, deux pays voisins et une unité des forces françaises basées à Abidjan, ont participé au défilé militaire dans le cadre de la coopération entre la Côte d’Ivoire et ces différents Etats.

Dans un message à la Nation, la veille, le président Alassane Ouattara, a indiqué qu’il plaçait cette fête de l’indépendance « sous le signe d’un nouveau départ (…) pour faire grandir la Côte d’Ivoire dans l’amour et la confiance mutuelle ».

Il a accordé l’amnistie à environ 800 personnes poursuivies ou condamnés pour des infractions en lien avec la crise postélectorale de 2010 ou des infractions contre la sûreté de l’Etat commises après le 21 mai 2011, date de sa prestation de serment en qualité de président de la République.


Une soixantaine de militaires et de membres de groupes armés ayant commis des crimes de sang ne sont pas cependant concernés par cette mesure. Sur ces 800 personnes, quelque 500 sont en liberté provisoire ou en exil et devraient voir leur condamnation pénale effacée. 

Quelque 300 autres personnes détenues devaient être libérées. Au nombre de celles-ci, figurent Mme Simone Ehivet Gbagbo, l’épouse de l’ex-président Laurent Gbagbo et certains de ses proches, Lida Kouassi, Assoua Adou. Souleymane Kamaraté Koné dit Soul to Soul, un collaborateur du président de l’Assemblée nationale a aussi bénéficié de cette « mesure de clémence ». 

Des chars, des blindés et des chaînes logistiques de l’armée ont été exhibés lors du défilé militaire, montrant ainsi la puissance de feu de l’Etat ivoirien, qui envisage de se doter davantage de moyens pour faire face à toute sorte d’attaques asymétriques et d’actes de terrorisme.   


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut