International › APA

Dakar et Nouakchott peuvent former un pôle de pêche en Afrique de l’Ouest (ministre)

Le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime du Sénégal, Oumar Guèye a déclaré, mercredi à Nouakchott, que son pays et la Mauritanie peuvent former un pôle de pêche en Afrique de l’Ouest au vu de leurs potentiels énormes dans ce secteur.« Les deux chefs d’Etat des deux pays sont tout à fait conscients de l’importance de la coopération et du rôle la pêche dans leur économie respective », a ajouté M. Gueye lors d’une visite au Port de Tanit dédié à la pêche artisanale et côtière, à une soixantaine de kilomètres au nord-ouest de Nouakchott.

 

Le ministre sénégalais a mis en avant le rôle que pourrait jouer ce port dans le développement de l’exploitation de la richesse halieutique en Mauritanie.

 

Accompagné de son homologue mauritanien, Yahya Ould Abdedayem, le ministre Guèye a visité les installations du Port de Tanit, notamment les quais, la fabrique de glace et la station de dessalement de l’eau de mer.

 

Ce port dispose aussi d’une cité pour l’hébergement des pêcheurs artisanaux, avec des réseaux d’eau et d’assainissement et une centrale de production d’électricité d’une capacité de 3.000 KW.

 


Il a une capacité permettant l’accostage de 400 pirogues de petite et moyenne taille.

 

La pêche artisanale en Mauritanie implique plus de 6.600 pirogues et offre environ 46.600 emplois directs, représentant ainsi plus que 85% des effectifs du secteur de la pêche dans sa globalité.

 

Elle offre, en plus de cela, plus que 250.000 emplois indirects dans les métiers en amont et en aval de la filière du poisson et donne lieu à une production embarquée d’environ 300.000 tonnes par an, soit 37,5% de la production totale du pays en poissons.

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut