International › APA

Dakar Sacré-Cœur et l’Olympique Lyonnais réaffirment leur coopération

Mathieu Chupin, le Directeur délégué de Dakar Sacré-Cœur (DSC, Ligue 1 sénégalaise) et Vincent Ponsot, le Directeur général adjoint juridique de l’Olympique Lyonnais (OL, Ligue 1 France) ont réaffirmé, mercredi à Dakar, leur volonté de continuer leur partenariat.« Dakar Sacré-Cœur (DSC) essaie de bâtir petit à petit son chemin derrière un partenaire solide et ambitieux. C’est un plaisir immense de continuer la route pendant trois nouvelles années aux côtés de l’OL. Dakar Sacré-Cœur en s’appuyant sur la notoriété de l’Olympique Lyonnais permet de promouvoir à l’international une vision dynamique du pays », a déclaré Mathieu Chupin.

Le Directeur délégué de Dakar Sacré-Cœur s’exprimait à une conférence de presse conjointe au cours de laquelle les réalisations et les perspectives de la collaboration avec le club hexagonal ont été passées en revue. A cette occasion, M. Chupin, a indiqué son objectif de faire de DSC « le plus grand club sénégalais d’ici quelques années ».

Parlant de l’Olympique Lyonnais, Mathieu Chupin a exprimé sa satisfaction d’avoir « un partenaire ayant une très grande crédibilité ». Toutefois, il a souhaité qu’ « il y ait plus de partenaires qui les rejoignent, les aident et comprennent que le sport dans un pays comme le Sénégal est un vecteur d’éducation, de santé et de développement économique car le football professionnel a besoin d’un véritable soutien au même titre que n’importe quelle industrie ».

En guise d’illustration, le Directeur délégué de DSC a fait savoir que la Ligue sénégalaise de football professionnel (LSFP) emploie 1500 personnes. En outre, il a mis l’accent sur le fait que de nombreux clubs sénégalais ont compris qu’il faut absolument se professionnaliser davantage pour avoir de bons résultats.

De son côté, Vincent Ponsot, le Directeur général adjoint juridique de l’Olympique Lyonnais a souligné que la prolongation de trois ans du contrat liant sa structure à Dakar Sacré-Cœur montre que leur action « s’inscrit dans la durée ». De plus, a-t-il soutenu, le club français est content du travail réalisé à DSC.

A en croire M. Ponsot, la relation entre les Gones et les Sicapois est naturelle parce qu’il y a des similitudes entre les deux projets. « A DSC, il y a des infrastructures de qualité mises à la disposition des jeunes pour leur développement, la réfection d’un des terrains, l’extension du centre grâce à l’aide des frères du Sacré-Cœur et la formation des jeunes à la fois footballistique, éducative et civique », a renseigné Vincent Ponsot.


Pour sa part, Mounia Gicquel, la Directrice de cabinet de l’Ambassadeur de France au Sénégal a expliqué que « le gouvernement français est persuadé que les sportifs africains notamment sénégalais sont extrêmement prometteurs et peuvent, s’ils sont bien formés et éduqués, devenir de grands champions ».

Après un premier accord datant de 2015, les responsables de Dakar Sacré-Cœur et ceux de l’Olympique Lyonnais ont renouvelé en août dernier leur partenariat jusqu’en 2022. A ce jour, le milieu de terrain Ousseynou Ndiaye est le seul joueur de DSC à rejoindre l’OL.

« Nous sommes ravis d’Ousseynou Ndiaye. Il est respectueux, travailleur et a un comportement exemplaire. Il correspond tout à fait aux valeurs que l’on souhaite véhiculer au sein de l’OL. Il a eu un temps d’adaptation mais au regard des valeurs qu’il incarne, nous pensons qu’il a un vrai potentiel pour devenir un joueur de l’effectif professionnel », a analysé Vincent Ponsot.

Concluant sur ce point, il dit trépigner d’impatience de « voir un joueur formé à DSC porter les couleurs de l’OL parce que cela donnera une image plus importante au travail effectué par Mathieu Chupin et son équipe ».

Dakar Sacré-Cœur qui est centre de formation mais aussi un club de football professionnel a débuté ses activités au Sénégal en octobre 2010. Situé au cœur de Dakar, dans le quartier de Sacré-Cœur, il est doté d’un complexe sportif avec des installations qui s’étendent sur une superficie de 2,5 hectares comprenant notamment deux grands terrains synthétiques et plus de 2 000 m² de bâtiments.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut