International › AFP

De la Rua, le président argentin qui a fui en hélicoptère

Fernando de la Rua, mort mardi à Buenos Aires à 81 ans, reste dans la mémoire des Argentins comme le président qui a dû quitter en 2001 le palais présidentiel à bord d’un hélicoptère, en pleine crise économique.

Cette année-là, des émeutes contre les conséquences sociales de cette crise avaient été réprimées, faisant une trentaine de morts.

En décembre, Fernando de la Rua démissionna et fut contraint de quitter par voie aérienne la Casa rosada (la Maison rose), assiégée par des milliers de manifestants.

Homme discret depuis son départ du pouvoir, sa dernière apparition publique date de novembre dernier, à l’occasion de la soirée de gala que le gouvernement a offerte au Teatro Colon dans le cadre du sommet du G-20.

Membre de l’Union civique radicale (UCR), un parti historique de l’Argentine qui a alterné au pouvoir avec le mouvement péroniste et les régimes militaires, Fernando de la Rua n’a pas pu terminer son mandat tant le mécontentement était grand contre son gouvernement.

Quand il est arrivé à la tête de l’Etat en 1999, les comptes de l’Argentine étaient dans le rouge. Sa personnalité d’homme austère et sérieux de 62 ans tranchait avec celle de son prédécesseur, Carlos Menem, issu du mouvement péroniste, qui avait procédé à des réformes néo-libérales dans les années 1990.

La plus emblématique, en accord avec le FMI, avait été d’instaurer la parité entre le peso argentin et le dollar, une politique coûteuse qui allait conduire l’Argentine au défaut de paiement.

Fernando de la Rua était arrivé au pouvoir à la tête d’une coalition de centre gauche qui se présentait comme « la force morale face à la frivolité et la tromperie ».


– Beau-père de Shakira –

Le gouvernement De la Rua a commencé à chanceler en 2000, quand le vice-président Carlos « Chacho » Alvarez a démissionné, à la suite d’un scandale de corruption politique. Le gouvernement a été accusé d’avoir versé des pots-de-vin à des sénateurs de l’opposition pour faire voter une loi en vue de réviser le code du travail. L’ex-président a finalement été innocenté dans cette affaire.

Dans un contexte de récession économique, de licenciements, de gel des avoirs bancaires en dollars, le défaut de paiement a eu raison du gouvernement De la Rua, qui s’est considéré victime d’un « coup d’Etat civil », suivi d’une « persécution judiciaire, médiatique et politique ».

Son parti, l’UCR, qui ne s’est pas relevé de cette crise politique, est aujourd’hui membre de la coalition gouvernementale du président de centre droit Mauricio Macri.

Marié avec Inés Pertiné, issue d’une famille de militaires, cet avocat originaire de la province de Cordoba, dans le centre de l’Argentine, a eu trois enfants : Agustina, Antonio et Fernando. Antonio de la Rua a entretenu une liaison de plusieurs années avec la chanteuse colombienne Shakira.

Lundi, Fernando de la Rua avait été hospitalisé dans un état très grave pour « une décompensation cardiaque et rénale » dans une clinique privée de Buenos Aires. En janvier, il avait déjà été opéré pour une anomalie cardiovasculaire, puis il avait été à nouveau hospitalisé en mai en raison d’une complication rénale.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut