International › APA

Début de la destruction de 18 000 tonnes de riz avarié déchargé au port d’Abidjan

Pas d'image

L’opération de destruction de la cargaison de 18 000 tonnes de riz avarié déchargée mi-mars au port autonome d’Abidjan, a démarré mardi au Centre de valorisation et d’enfouissement technique de Kossihouen (Banlieue ouest d’Abidjan) en présence des ministres Souleymane Diarrassouba (Commerce) et Anne Ouloto (Assainissement et salubrité), a constaté APA sur place.Ce processus de destruction se fera quotidiennement sur une période d’un mois jusqu’à l’épuisement de ce stock de riz « non-conforme».

« Ce riz est impropre à la consommation, comportant donc des risques pour la santé humaine… Aujourd’hui, nous commençons un processus de destruction qui va prendre quelques jours. Il y aura des opérations quotidiennes de destruction de 500 à 1000 tonnes et nous pensons que sur un mois cette opération devrait s’achever », a dit à la presse Souleymane Diarrassouba, le ministre ivoirien du commerce, de l’industrie et de la promotion des PME après l’enfouissement d’une première quantité de ce riz.

Selon M. Diarrassouba, la destruction de ce riz impropre à la consommation,  démontre que le président de la République est « soucieux de la santé et de la protection» des ivoiriens et des consommateurs.

« C’est pourquoi, il ( le président de la République),  a mis en place des dispositifs afin que tous les produits qui rentrent en Côte d’Ivoire puissent respecter des normes », a-t-il soutenu.

 « A compter de ce jour, le centre de valorisation et d’enfouissement de Kossihouen est capable de réceptionner ces 18 000 tonnes de riz avarié. Nous avons étalé cette destruction sur un mois afin de nous permettre de continuer d’assurer le service quotidien de collecte et d’enfouissement des déchets au niveau du district d’Abidjan», a expliqué pour sa part, Anne Désirée Ouloto, la ministre ivoirienne de l’assainissement et de la salubrité.


Poursuivant, elle assuré qu’au terme d’un mois, ce stock de riz avarié sera entièrement enfoui.  Les sacs contenant ce riz avarié seront également incinérés, a également promis la ministre Ouloto. « Je voudrais rassurer nos populations en leur disant que ce riz sera totalement enfoui», a-t-elle conclu.

Du 11 au 18 mars dernier, une cargaison de 18 000 tonnes de riz de qualité douteuse d’origine birmane,  a été déchargée au port autonome d’Abidjan.

Le 30 mars dernier, le ministère ivoirien du commerce, de l’industrie et de la promotion des PME, a procédé à la saisie réelle et à la mise sous scellé de cette cargaison en vue d’une analyse dont les résultats ont révélé que ce riz est impropre à la consommation.

C’est ainsi que les autorités ivoiriennes ont décidé d’enclencher une opération de destruction de ce stock de riz afin qu’il ne soit pas commercialisé sur le marché.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut