International › AFP

Déraillement mortel au Maroc: le conducteur du train libéré

Le conducteur du train dont le déraillement avait fait sept morts et 125 blessés mi-octobre au Maroc a été reconnu coupable d’homicide involontaire mais devait être libéré mercredi pour peine purgée, a-t-on appris auprès de son avocat.

Le verdict a été rendu mardi soir par le tribunal de première instance de Salé, près de la capitale Rabat, a déclaré à l’AFP Me Chaouki Ajana, un des avocats du conducteur.

Le tribunal a condamné l’accusé à cinq mois et cinq jours de prison ferme pour homicide involontaire, ce qui correspond à la peine qu’il a purgée en détention, rappelle son avocat. Ecroué le 23 octobre, il devait être libéré mercredi.

La défense va néanmoins faire appel: « on va demander qu’il soit innocenté. S’il y a une responsabilité, elle doit être partagée », a dit Me Ajana.

L’accident s’était produit le 16 octobre à une vingtaine de kilomètres au nord de Rabat, au niveau de la commune de Sidi Bouknadel. Gravement blessé, le conducteur avait été placé en détention.


« L’excès de vitesse » du train, qui a atteint les 158 km/h à l’endroit de l’accident au lieu de la limite maximale autorisée de 60 km/h » sur une partie aiguillage est « la cause du déraillement », avait affirmé le parquet au lendemain du drame.

Le syndicat des cheminots avait exprimé lundi son « soutien inconditionnel » au conducteur, appelant la direction de l’Office national des chemins de fer (ONCF) à « assumer ses responsabilités ».

Le tribunal doit encore se prononcer sur les indemnisations des passagers blessés. La prochaine audience est prévue le 7 mai, selon des médias marocains.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut