International › AFP

Des drones paralysent l’aéroport londonien de Gatwick, l’armée appelée à la rescousse

Pas d'image

L’armée a été appelée à la rescousse jeudi pour trouver les auteurs du survol de drones qui paralyse l’aéroport de Gatwick, deuxième plus important du Royaume-Uni, depuis mercredi soir, affectant des dizaines de milliers de passagers peu avant Noël.

« Des discussions sont en cours avec la police au sujet d’une aide militaire qui pourrait être fournie pour les aider dans leurs opérations », a déclaré un porte-parole du ministère de la Défense dans un communiqué.

« Nous sommes là pour aider et faire tout ce que nous pouvons », a confirmé le ministre de la Défense, Gavin Williamson, sur la chaîne SkyNews.

Sur place, les avions étaient cloués au sol et des files de passagers en quête d’informations s’étendaient sur plusieurs centaines de mètres, a constaté un journaliste de l’AFP. D’autres se sont plaints d’être restés bloqués plusieurs heures dans leur avion.

L’aéroport londonien a évoqué sur Twitter « une tentative délibérée de perturber les vols » qui les a poussé à fermer la piste de façon presque ininterrompue depuis mercredi soir.

« Je compatis pour tous les passagers dont les projets de voyage ont été perturbés (…) A cette période de l’année, c’est particulièrement difficile », a déclaré la Première ministre, Theresa May, lors d’une conférence de presse, soulignant que cet acte illégal était passible de cinq ans d’emprisonnement.

La législation encadrant l’usage des drones a été renforcée cette année au Royaume-Uni, interdisant leur utilisation à moins d’un kilomètre d’un aéroport et à une altitude supérieure à 400 pieds (122 mètres), et de nouvelles mesures sont à l’étude, a-t-elle ajouté.

Son porte-parole avait auparavant dénoncé un « comportement (…) irresponsable et totalement inacceptable ».

L’aéroport de Gatwick, au sud de Londres et deuxième plus important du pays derrière Heathrow, a été fermé mercredi à 21H03 GMT après que deux drones ont été vus en train de survoler le site. Il a rouvert brièvement dans la nuit avant de fermer à nouveau à 03H45 à la suite de nouveaux signalements d’un survol de drones.

– Dizaines de policiers mobilisés –

La police du Sussex, comté où se trouve l’aéroport, a aussi qualifié l’incident d' »acte délibéré », tout en assurant qu’il n’y avait « aucune indication suggérant que cela soit lié au terrorisme ».

Les policiers s’employaient à identifier les responsables. « Il y a eu un certain nombre d’observations de drones aujourd’hui et nous nous efforçons de découvrir qui est derrière tout cela, et chercherons évidemment à engager des poursuites », a déclaré Juliette Parker, une porte-parole de la police, à l’AFP. Des « dizaines » de policiers sont mobilisés, a-t-elle précisé.


Quelque 110.000 passagers devaient décoller de Gatwick ou y atterrir jeudi « et tous leurs trajets seront perturbés », a déclaré le directeur opérationnel de l’aéroport, Chris Woodroofe, à l’AFP.

La fermeture avait déjà affecté quelque 10.000 passagers mercredi soir, a-t-il précisé, estimant par ailleurs sur la BBC qu’il faudrait « plusieurs jours » pour que la situation revienne à la normale.

Vers 16H30 GMT, un porte-parole de l’aéroport a déclaré que l’aéroport rouvrirait « dès que possible », sans pouvoir préciser davantage.

– Couvertures de fortune –

Les passagers cloués au sol ont dû prendre leur mal en patience.

Mamosta Abdulla est resté bloqué quatre heures dans son avion à destination de l’Irak. « Tout le monde transpirait parce qu’il faisait si chaud à l’intérieur. Nous avons reçu un bon de 12 livres pour des rafraîchissements, après deux heures d’attente, et c’est tout », a-t-il raconté.

Gisele Fenech, 43 ans, devait se rendre à Malte. « C’est l’anniversaire de ma fille aujourd’hui, donc ça a mal tourné. Nous attendions cela avec impatience depuis si longtemps et nous l’avions planifié depuis si longtemps. Ce n’est pas le meilleur début pour Noël de toute façon », a-t-elle déploré auprès de l’AFP.

Les passagers ont été invités à ne pas se rendre sur place et à vérifier le statut de leur vol auprès de leurs compagnies aériennes.

Chris Woodroofe a précisé qu’un hélicoptère survolait la zone. « Mais la police nous dit qu’il serait dangereux de vouloir abattre le drone en raison du risque de balles perdues », a-t-il précisé.

Gatwick est le huitième aéroport d’Europe en termes de trafic et se classe juste derrière Bombay comme aéroport à piste unique le plus fréquenté.

Il dessert plus de 228 destinations dans 74 pays et quelque 45 millions de passagers y passent chaque année.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut