International › APA

Des experts réfléchissent à Abidjan sur la surveillance sanitaire en Afrique de l’ouest

Un projet régional visant le renforcement des dispositifs de surveillance sanitaire dénommé « RIPOST» en cours d’exécution dans six pays francophones de la sous-région ouest-africaine a fait l’objet d’une rencontre d’experts à Abidjan lundi et mardi derniers.Selon une note d’information transmise mercredi à APA, ces experts en provenance des six pays bénéficiaires du programme (la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Burkina Faso, la Guinée, le Niger et le Togo),  se sont réunis dans la capitale économique ivoirienne à la faveur de la deuxième réunion du Comité de pilotage de ce projet initié par l’Organisation ouest-africaine de la santé (OOAS).

 « Notre région, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest ( CEDEAO) est l’une des régions qui enregistre le plus grand nombre d’épisodes épidémiques en Afrique», a fait remarquer,  Gountélé Soro, le directeur de cabinet adjoint du ministre ivoirien de la santé et de l’hygiène publique dans un discours, estimant qu’il « reste impérieux que nous renforcions nos dispositifs de surveillance sanitaire, alerte et riposte».

 Selon M. Soro, le projet RIPOST est une « réelle opportunité» pour les pays bénéficiaires de renforcer les capacités en épidémiologie de « nos pays» et d’accroître les capacités managériales et de leaderships des instituts nationaux de coordination et instituts de santé publique.

 « A travers ces objectifs, ce projet entend renforcer la capacité de nos systèmes de surveillance, d’alerte et de riposte à travers un double dispositif inter- État de formation-action et recherche-action», a-t-il ajouté, se félicitant de de ce qu’en une année d’activités, « RIPOST» a permis de former 49 auditeurs en épidémiologie d’intervention et approche communautaire en situation d’urgence.

«Le projet RIPOST consiste à renforcer les systèmes de santé de six pays francophones de l’Afrique de l’ouest», a expliqué à son tour, Pr Stanley Okolo, le directeur général de l’OOAS.


Poursuivant, il a fait savoir que ce projet  est un double programme. Notamment, la formation en cours d’emploi et d’apprentissage par l’action sur l’épidémiologie d’intervention et la recherche opérationnelle visant à renforcer la mobilisation sociale et communautaire pour le contrôle et la prévention des épidémies.

A en croire Pr Okolo, la mise en œuvre réussie de ce projet, garantirait, entre autres, que les systèmes de surveillance de la santé soient efficaces et que les épidémies soient détectées tôt.

Lancé officiellement en avril 2017, le projet « RIPOST» est mis en œuvre par l’organisation ouest-africaine de la santé (OOAS) sur recommandation des chefs d’État de la sous-région. Ce projet financé par l’Agence française de développement, vise notamment à renforcer les systèmes de santé dans les six pays bénéficiaires à travers le contrôle et la lutte contre la maladie dans l’espace CEDEAO.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut