International › AFP

Des tueurs en série qui ont marqué l’histoire criminelle

L’ancien policier russe Mikhaïl Popkov, condamné pour 78 meurtres -dont ceux de 77 femmes-, bat largement le « record » des deux autres tueurs en série les plus connus de Russie, et figure parmi les pires de l’histoire criminelle récente.

– Les précédents russes –

– En 2007, Alexandre Pitchouchkine est condamné à la perpétuité pour 48 meurtres. Il a tué la plupart de ses victimes, principalement des ivrognes rencontrés dans un parc, à coups de marteau, en les étranglant ou en les noyant dans les égouts.

Surnommé « le tueur de l’échiquier », il voulait que le nombre de ses meurtres corresponde à celui des cases d’un échiquier, soit 64.

– En 1992, Andreï Tchikatilo est condamné à mort pour avoir violé, tué et mutilé 52 adolescents, fillettes et jeunes femmes entre 1978 et 1990 à travers la Russie, l’Ukraine et l’Ouzbékistan.

L' »Ogre de Rostov », un ancien enseignant marié et père de famille, est exécuté en 1994. L’enquête a été ponctuée d’erreurs, à commencer par l’exécution d’un innocent pour des meurtres commis par Tchikatilo.

– De la Colombie à l’Allemagne –

– En novembre 2018, l’Américain Samuel Little, déjà condamné à perpétuité pour le meurtre de trois femmes, confesse avoir commis 90 meurtres.

Le FBI a déjà confirmé sa responsabilité dans la mort de 34 personnes, en grande majorité des femmes marginales, souvent des prostituées ou des droguées, noires ou hispaniques pour beaucoup, tuées entre 1970 et 2005 à travers les Etats-Unis.

Cet ancien boxeur tuait ses victimes en leur portant des coups violents ou les étranglait, avant d’abandonner leurs corps.

– L’infirmier allemand Niels Högel, déjà condamné à perpétuité pour le décès de six patients, a admis 100 meurtres supplémentaires à l’ouverture d’un nouveau procès en octobre 2018. Les enquêteurs évaluent à plus de 200 le nombre potentiel de ses victimes. Ces dernières ont succombé à des surdoses de médicaments que Högel leur injectait dans l’espoir de briller devant ses supérieurs en les réanimant.


« Ce métier n’était pas fait pour moi », a reconnu l’infirmier.

– L’Américain Gary Ridgway, ancien peintre en carrosserie, est condamné à perpétuité en décembre 2003 pour avoir étranglé 48 femmes, pour la plupart des prostituées ou des fugueuses, entre 1982 et 1984 dans la région de Seattle.

Surnommé « le tueur de la Green River » du nom du cours d’eau où sont retrouvées ses cinq premières victimes, les enquêteurs lui attribuent 90 meurtres au total. « J’ai tué tellement de femmes, j’ai du mal à m’y retrouver », déclare-t-il.

– Harold Shipman, médecin de famille installé près de Manchester, en Angleterre, est condamné en 2000 à la prison à vie pour avoir tué 15 personnes entre 1975 et 1998 en leur injectant de la morphine. Il se pend dans sa cellule en 2004.

L’année suivante, une enquête officielle attribue à Shipman, surnommé « Docteur la mort », le meurtre d’environ 250 patients.

– Luis Alfredo Garavito, un vendeur ambulant surnommé « le monstre de Genova » du nom de sa ville natale en Colombie, est condamné à 835 ans de prison en 2000 pour le meurtre de 189 jeunes garçons.

Se faisant passer pour un handicapé, un employé d’ONG ou un moine, il attirait ses victimes dans des lieux isolés en leur offrant des friandises ou de l’argent et les faisait boire avant de les violer pour la plupart, et de les tuer. Certains des enfants ont été retrouvés décapités. Quatre de ses crimes ont été commis en Equateur.

– En 1980, le Colombien Pedro Alonso Lopez Monsalve est arrêté sur un marché à Ambato, en Equateur, après avoir tenté d’enlever une fillette. Il avoue alors avoir étranglé au moins 310 enfants issus de milieux défavorisés en Equateur, en Colombie et au Pérou.

Initialement accusé du viol et du meurtre de quatre enfants en Equateur, le « monstre des Andes » conduit la police dans un champ où sont enterrés 53 autres cadavres de fillettes. Condamné à 16 ans de prison, la peine maximale en Equateur, il est extradé en 1994 vers la Colombie. Après un séjour en hôpital psychiatrique, il est libéré et disparaît de la circulation. Il aurait aujourd’hui 70 ans.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut