International › APA

Diplomatie, artisanat et sport au menu des journaux burkinabè

Les quotidiens burkinabè abordent, ce lundi, plusieurs sujets dont le Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO) et le Tour cycliste du Faso qui se déroulent actuellement, sans oublier la diplomatie avec l’admission du Burkina Faso au Conseil des droits de l’homme de l’Organisation des Nations Unies (ONU).«Le Burkina au Conseil des droits de l’homme : Une victoire diplomatique», jubile le quotidien national Sidwaya, informant que la nouvelle a été donnée par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Alpha Barry.

Le confrère rappelle qu’après 2008 et 2011, le Burkina Faso a été élu le 12 octobre 2018 au sein du Conseil des droits de l’homme par 187 voix.

«Il vient ainsi en troisième position sur 18 candidats après l’Inde (188 voix et les Îles Fidji (187 voix)», écrit Sidwaya, avant de souligner que cette élection est le fruit des efforts conjugués de trois représentations diplomatiques burkinabè à l’extérieur et de la Direction générale  de la coopération multilatérale à Ouagadougou.

A ce propos, Aujourd’hui au Faso, quotidien privé, estime que c’est une victoire diplomatique pour le gouvernement du Burkina Faso.

Le même journal évoque le Salon international de l’artisanat de Ouagadougou, notant en manchette : «SIAO 2018: 30 ans, l’âge d’un artisanat mature».

Pour sa part, Sidwaya affiche en première page : «SIAO 2018 : Les artisans face aux exigences du marché», là où le journal privé Le Quotidien laisse lire : «SIAO : C’est parti pour la 15e édition».


Quant à L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso, il met en exergue : «Ouverture SIAO 2018 : Le parrain Sakandé reconnaissant à Thom Sank».

Selon le journal, la cérémonie d’ouverture du SIAO 2018, le vendredi 26 octobre dernier, a été marquée par l’appel du parrain, le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, à l’instauration d’un «prix spécial Thomas Sankara».

En sport, L’Observateur Paalga évoque le tour du Faso 2018, parlant des «3 actes forts des Etalons». Il rappelle que pour l’heure, ce sont les Etalons cyclistes qui sont les dépositaires des maillots les plus convoités, à l’issue des trois étapes courues.

Sidwaya, de son côté, revient sur la 3e étape courue, hier dimanche, entre Bolgatenga (Ghana) et Pô (Centre-sud du Burkina), renseignant que c’est le Burkinabè Seydou Bamogo qui était en jaune à Pô.

Le Pays se contente de faire observer qu’il s’agit d’une «bonne entame pour les cycliste Burkinabè».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut