International › APA

Diplomatie, politique et justice au menu de la presse ivoirienne

Pas d'image

Les journaux quotidiens ivoiriens parus, mercredi, sur l’ensemble du territoire national offrent un menu diversifié allant de la diplomatie et la politique en passant par la justice.Le premier ministre bissau-guinéen a été reçu, hier, au palais présidentiel par le chef de l’Etat Alassane Ouattara, informe Fraternité Matin. A cette occasion, poursuit le journal gouvernemental, M. Aristide Gomes a dit à sa sortie d’audience « compter » sur le leadership du président ivoirien pour la sortie de crise de la Guinée-Bissau.

Plusieurs personnalités d’Afrique et du monde étaient, hier, chez Alassane Ouattara, renseigne à son tour La Gazette, qui croit ensuite savoir ce que tous ces hommes influents « sont venus confier au président ivoirien ».        

L’Essor ivoirien s’intéresse quant à lui à la diplomatie parlementaire entre l’Arabie Saoudite et la Côte d’Ivoire. A ce sujet, ce journal livre une interview d’Abdullah Alsobaiee, qui affirme vouloir « rencontrer le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Amadou Soumahoro », car ajoute-t-il « je suis en Côte d’Ivoire dans ma famille ».

Le Patriote ouvre sa page politique du jour avec une information exclusive sur le couple Laurent et Simone Gbagbo. A ce propos, citant le célèbre journal en ligne français Mediapart, ce quotidien proche du pouvoir révèle que « Laurent et Simone Gbagbo ont 3000 milliards de FCFA sur leurs comptes en Suisse ».

Caroline Baud, journaliste et bloggeuse révèle sur le Blog de Mediapart : « le couple Gbagbo détenait une fortune estimée à 6,5 milliards de francs suisses », repend Le sursaut à côté de LG Infos qui s’intéresse pour sa part à l’état actuel des relations entre l’ex-président burkinabè, Blaise Compaoré et son hôte Alassane Ouattara.

 Soupçonné de soutenir Soro, tout se gâte entre Compaoré et Ouattara, soutient le confrère, soulignant que l’ancien président burkinabè « veut quitter Abidjan ». 

Le Matin ouvre quant à lui une lucarne sur « une demande inattendue » de l’ancien président Laurent Gbagbo à Alassane Ouattara. Pendant que Bédié fait le pied de grue à Bruxelles, Gbagbo adresse un courrier à Ouattara, écrit à ce sujet ce journal proche de la coalition au pouvoir, là où selon Le Nouveau Réveil (proche du PDCI), Bédié donne une consigne politique depuis Paris, où, il est en visite privée, pour le rapprochement entre son parti, le PDCI-RDA et le FPI (Front populaire ivoirien, opposition) de Laurent Gbagbo.


Candidat ou non à 15 mois d’octobre 2020, quelque chose se prépare avec Ouattara, titre L’Inter toujours en page politique.                                           Ce qui fait dire à Soir Info que Ouattara « ferme la porte et passe à la vitesse supérieure », se décidant à rencontrer un ex-important soutien de Gbagbo à l’étranger.       

De son côté, Notre Voie parle de dérives du régime Ouattara après l’arrestation de 5 activistes de la société civile et d’un journaliste. Parti couvrir la rencontre société civile-CEI (Commission électorale indépendante), hier, un journaliste de Le Temps interpellé, avec Samba David, précise Le Temps.

Les tractations en cours à la Cour pénale internationale (CPI) relatives au dossier Laurent Gbagbo et Blé Goudé intéressent également la presse ivoirienne.

Acquittement de Laurent Gbagbo : la décision de la CPI, un désaveu cinglant pour la France, estime Le Quotidien d’Abidjan.

 « Gbagbo ne peut être jugé à nouveau (…) L’acquittement est le seul résultat possible et correct (…) Les accusés sont formellement blanchis (…) Il n’est nécessaire ni sage d’engager un débat », déclare catégorique en couverture de Le Temps, le juge-président de la CPI, Cuno Tarfusser.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut