International › APA

Economie, climat et cinéma au menu des quotidiens marocains

Les quotidiens marocains parus ce lundi se focalisent sur nombre de sujets notamment l’oléiculture au Maroc, la problématique du réchauffement climatique et le Festival International du Film de Marrakech (FIFM).+Aujourd’hui le Maroc+ revient sur la situation du secteur oléicole au Maroc. Pour le journal, le Maroc entre réellement dans la cour des grands dans le domaine de l’oléiculture, car en plus d’une production record au titre de la campagne 2018-2019, estimée à près de 2 millions de tonnes, le Royaume devient de facto le quatrième plus grand producteur mondial.

Si la récolte record est due aux conditions climatiques favorables, notamment en matière de température et de volume des précipitations et leur répartition dans le temps et dans l’espace, l’entrée en production des jeunes plantations est également pour beaucoup dans cette performance, explique-t-il, faisant savoir que ces réalisations ont été atteintes grâce à l’impact positif des choix stratégiques adoptés par le Plan Maroc Vert pour le développement de la filière oléicole au Maroc.

Revenant sur les répercussions du dérèglement climatique, +l’Economiste+ estime que les grandes victimes de ce phénomène sont les pays pauvres, précisant qu’au Maroc « nous sommes aussi sur la corde raide avec une très lourde facture énergétique ».

« Aujourd’hui l’inaction n’est plus une option à envisager. L’urgence est à une profonde transition écologique, à travers une décarbonatation des secteurs de l’énergie, des transports et de l’agriculture », souligne le quotidien.

« Partout dans le monde, comme au Maroc, les initiatives fourmillent et reflètent le punch de tous ces nouveaux businessmen verts pour qui le climat n’est pas une fatalité, mais au contraire une opportunité de développement économique, d’investissement rentable et de création d’emplois », relève-t-il.

+Al Ahdath Al Maghribia+ rapporte que le Festival international du film de Marrakech (FIFM) a honoré, samedi 1er décembre, le légendaire acteur américain Robert de Niro. Il a reçu l’étoile d’Or du festival en hommage à sa carrière. Et c’est Scorsese en personne, son ami de toujours, qui lui a remis cette distinction.


Ces deux légendes ont d’ailleurs grandi dans le même quartier italien de New York, et tourné ensemble plusieurs grands films, comme Taxi Driver ou encore Raging Bull.

Le journal rappelle aussi que De Niro n’en est pas à son premier séjour dans la ville ocre, au contraire. L’Américain a confessé qu’il portait un amour particulier à ce pays très accueillant.

Il a aussi exprimé ses sincères remerciements au Roi Mohammed VI et au Prince Moulay Rachid, soulignant que le Festival international du film de Marrakech constitue un rendez-vous incontournable de la scène cinématographique mondiale.

Parallèlement, l’acteur a fustigé l’actuel président des États-Unis. Il a dénoncé la version du nationalisme de Donald Trump. Un nationalisme qui, selon De Niro, est cupide, xénophobe et égoïste.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut