International › APA

Economie et social au menu des quotidiens marocains

Les quotidiens marocains parus ce jeudi consacrent leurs Une à de nombreux sujets, dont le nouveau cadre de partenariat Maroc-Banque mondiale, l’Assurance maladie obligatoire, la protection sociale et le marché de l’automobile+Libération+ rapporte que le conseil des administrateurs du Groupe de la Banque mondiale vient de donner son feu vert pour un nouveau cadre de partenariat avec le Maroc. En effet, ce cadre permettra de guider et d’assister financièrement et techniquement le Maroc au cours des 6 prochaines années.

Cité par le journal, la Banque Mondiale estime que la société marocaine connaît une dynamique positive en termes d’urbanisation et de transition démographique, ce qui lui permet d’instaurer une croissance forte et inclusive. «Le Maroc a enregistré d’importantes avancées économiques et sociales, ce qui a fait grandir les aspirations de la population, en particulier chez les jeunes. Les experts de la Banque mondiale soutiennent que les autorités marocaines ont lancé des plans ambitieux pour répondre à ces aspirations, et que leurs initiatives bénéficieront du soutien total du Groupe de la Banque mondiale », indique un communiqué de la BM, cité par le quotidien.

Selon la Banque mondiale, ce cadre de partenariat-pays (CPF) 2019-2024 a pour objectif de soutenir «l’ambition du Maroc de renforcer son avantage concurrentiel dans l’économie mondiale. L’institution a également annoncé que ses administrateurs avaient donné «leur aval à un projet de 611,3 millions d’euros, destiné à aider le Maroc à accélérer l’adoption des technologies numériques afin d’en faire une source d’emplois, de croissance et de services de meilleure qualité et de se doter d’une base pour conduire la transformation économique en Afrique du Nord et, plus globalement, sur le continent africain.

+Akhbar Al Yaoum+ s’intéresse à l’assurance maladie obligatoire (AMO) qui est de nouveau au cœur de l’actualité. Selon le quotidien, l’association nationale des cliniques privées vient d’annoncer qu’elle suspendra le travail pour dénoncer la base des références de l’AMO. Il s’agit donc de la suspension pure et simple de la tarification nationale de référence et de l’application d’autres tarifs.

Au volet de la protection sociale, +Les Inspirations Eco+ constate que la mise en place d’un système unique et intégré de la protection sociale s’impose. Il est en effet grand temps de mettre fin aux multiples dysfonctionnements qui émaillent le secteur et privent des millions de citoyens de protection sociale, comme ce qui a été encore une fois souligné lors du forum parlementaire de la justice sociale organisé mercredi par la Chambre des Conseillers.

« Le gouvernement qui a affiché son intention de s’attaquer à celle question a appelé à accélérer le rythme de la mise en œuvre de la réforme. La nouvelle vision gouvernementale est en cours d’élaboration à la lumière des recommandations des assises de la protection sociale qi ont été tenues en novembre dernier. L’objectif étant d’assurer la convergence tant escompté entre tous les programmes à caractère social », relève le quotidien.

+Le Matin+ fait savoir que le Groupement interbancaire monétique de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Gim-UEMOA) étend ses services au Mobile Money. Cette nouvelle offre ne se limitera pas aux huit pays membres de l’UEMOA. Elle sera proposée à l’ensemble de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO).


«Nous sommes capables et désirons vivement élargir nos infrastructures pour la construction d’un système de payement à l’échelle de la Cedeao. Nous sommes prêts au plan réglementaire, au plan technique et nous attendons les décisions des autorités», a déclaré Blaise Ahouantchédé, directeur général de Gim-Uemoa lors d’une rencontre avec la presse africaine, citée par la publication

Une aubaine pour le Maroc, qui a bouclé son projet d’interopérabilité Mobile Money, et dont l’ambition est de rejoindre la Cedeao. D’ailleurs, l’entreprise marocaine Paylogic est partenaire du projet pilote d’interopérabilité des systèmes de paiement monétique (cartes bancaires et Mobile Money) dans la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale, commente le journal.

+Aujourd’hui le Maroc+ indique que le marché mondial ainsi que le marché européen devraient être stables par rapport à 2018. Le marché russe devrait connaître une croissance d’au moins 3% et le marché brésilien augmenter de 10%.

Le chiffre d’affaires du Groupe en 2018 est en repli de 2,3%, à 57.419 millions d’euros. Hors impact des devises, le chiffre d’affaires du Groupe progresse de 2,5%, explique le constructeur dans un communiqué annonçant ses résultats commerciaux 2018.

Depuis le 1er janvier 2018, les ventes sont par ailleurs en progression de 3,2%, à 3,9 millions d’unités, en intégrant les marques Jinbei et Huasong. «Le Groupe Renault a maintenu en 2018 une performance élevée malgré une détérioration de son environnement. Les résultats commerciaux et financiers démontrent la résilience de l’entreprise et sa rapidité à s’adapter à un environnement plus difficile. Cette performance résulte d’une stratégie claire, d’une exécution toujours plus exigeante et des efforts de tous les collaborateurs du Groupe», indique Thierry Bolloré, directeur général de Renault, cité par la publication.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut