International › APA

Election sous tension du maire de Matoto, plus grande commune de Conakry

Conformément aux instructions du ministre de l’Administration du territoire, l’élection du conseil municipal de Matoto, la plus grande commune de Conakry, a été reprise ce jeudi, mais marquée par des tiraillements entre le Rassemblement du peuple de Guinée (Rpg, au pouvoir) et l’Union des forces démocratiques de Guinée (Ufdg, opposition).Malgré tout, Mamadouba Toss Camara du RPG, seul candidat au poste, élu maire avec 30 voix sur 31 votant, a tendu la main aux conseillers de l’Ufdg qui ont boycotté le vote.

L’Ufdg, principal parti d’opposition en Guinée, a refusé de participer à l’élection de Toss Camara, arguant que le maire de la commune de Matoto est élu depuis le 15 décembre 2018.

« Vous n’êtes pas devant un candidat perdant. Vous  êtes devant le maire de Matoto élu le 15 décembre 2018 », a déclaré à la presse, Kalémodou Yansané candidat de l’Ufdg, soulignant que l’unique but de la présence des conseillers municipaux de son parti aujourd’hui c’est pour l’élection du reste du bureau du conseil municipal et « non (pour) l’élection du maire ».

Il faut rappeler que le 15 décembre 2018, à la suite d’une élection qui sera invalidée par la suite par le ministre de l’Administration du territoire pour désordre dans la salle, Kalémodou Yansané de l’Ufdg avait obtenu 23 voix contre 22 pour Toss. Depuis l’Ufdg s’en tient à ce résultat, malgré l’annulation du verdict par le ministre.


Prenant la parole après son élection, Toss Camara a lancé : « Je demande aux élus de l’Ufdg de venir. Seule l’union peut faire la force. Au-delà des adversités, c’est la commune de Matoto avant tout. La priorité des conseillers, c’est la commune de Matoto qui est un véhicule à quatre roues. La population de Matoto nous regarde, on est obligé de travailler ensemble, main dans la main. Nous, qui sommes les conseillers, nous devons faire en sorte que la population ait confiance en nous ».

Un appel auquel Kalémodou Yansané n’entend pas répondre, promettant de saisir la justice pour invalider l’élection du candidat du pouvoir, Toss Camara.

« Nous allons saisir le tribunal de Mafanco pour dire le droit. Si nous n’avons pas gain de cause, on ira à la cour suprême », prévient M. Yansané.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut