International › AFP

Elections américaines: les visages de la campagne

Malgré la présence dominante de Donald Trump, la campagne pour les élections parlementaires américaines, portée par un enthousiasme démocrate inédit, une vague record de candidates et une forte mobilisation, a vu des personnalités charismatiques, et médiatiques, émerger.

En lice mardi pour des sièges de gouverneurs, sénateurs ou membre de la Chambre des représentants, en voici dix:

– Alexandria Ocasio-Cortez, l’espoir des plus à gauche

Arrivée comme un coup de tonnerre sur la scène politique nationale, cette Hispanique de 29 ans pourrait devenir la plus jeune élue du Congrès américain. Avec un programme résolument à gauche, l’ancienne serveuse et éducatrice, qui a travaillé pour la campagne de Bernie Sanders en 2016, a de très bonnes chances dans sa circonscription populaire new-yorkaise, à cheval entre les quartiers du Bronx, où elle est née dans une famille modeste, et du Queens.

– Beto O’Rourke, ex-punk et surprise démocrate

Bras de chemise, gestuelle emphatique, en sueur: Beto O’Rourke a fait exploser internet aux Etats-Unis en août avec sa défense passionnée du droit des joueurs noirs de football américain à poser genou à terre pendant l’hymne national pour protester contre les brutalités policières. La « légende » Beto est vite née autour de ce punk-rockeur quadragénaire, élu de la Chambre des représentants qui tente de détrôner le sénateur Ted Cruz dans l’Etat très républicain du Texas. Au point que certains le voyaient déjà en candidat démocrate à la présidentielle de 2020. Mais l’écart avec Ted Cruz s’est creusé dans la dernière ligne droite.

– Andrew Gillum et Stacey Abrams, premiers Noirs

Victorieux ou pas, ils entreront de toutes façons dans les livres d’histoire. Andrew Gillum, 39 ans, est le premier candidat noir au poste de gouverneur en Floride. Stacey Abrams est la première femme noire candidate à ce poste dans toute l’histoire des Etats-Unis.

Elle se présente en Géorgie, Etat du sud encore profondément marqué par la ségrégation raciale. Les derniers sondages la placent au coude-à-coude avec le républicain Brian Kemp.

Maire de Tallahassee, capitale de la Floride, Andrew Gillum a pris de l’avance sur son opposant pro-Trump, Ron DeSantis. Ce qui lui vaut d’être régulièrement épinglé par le président américain.

– Martha McSally et Kyrsten Sinema, pionnières


Première femme de l’armée américaine à avoir jamais piloté un avion de chasse au combat, Martha McSally « lutte contre l’ennemi… et l’establishement » de Washington, peut-on entendre sur une vidéo de campagne. Regard déterminé et sourire chaleureux, cette élue républicaine de la Chambre des représentants, soutenue par Donald Trump, tente à 52 ans de décrocher un siège au Sénat pour représenter l’Arizona.

Elle est engagée dans un duel ultra-serré avec la démocrate Kyrsten Sinema, 42 ans. Première candidate au Sénat ouvertement bisexuelle, cette dernière a vécu pendant son adolescence sans eau ni électricité dans une ancienne station-service.

Quoi qu’il arrive le 6 novembre, elles marqueront l’histoire: l’Arizona n’a jamais envoyé de femme sénatrice à Washington.

– Ron DeSantis et Pete Stauber, Trumpistes revendiqués

Dans l’ombre de Donald Trump, ultra-présent pendant la campagne, les candidats républicains ont moins attiré les projecteurs. Mais ils ont pu partager la scène avec lui devant des milliers de supporteurs lors de meetings électrisés. Montrant, dans une vidéo de campagne humoristique devenue virale, l’un de ses enfants vêtu d’une grenouillère « Rendre à l’Amérique sa grandeur », le candidat au poste de gouverneur de Floride, Ron DeSantis, 40 ans, affiche avec passion son soutien au président américain.

Dans un style moins tapageur, Pete Stauber, 52 ans, pourrait être l’un des rares républicains à arracher un siège aux démocrates pour la Chambre des représentants. Affable et posé, ce policier pendant plus de vingt ans dans le Minnesota revendique le bilan économique de Donald Trump.

– Ilhan Omar, de réfugiée à élue

Ilhan Omar semble avoir déjà vécu plusieurs vies. A huit ans, elle fuit en famille la guerre civile en Somalie. Réfugiée aux Etats-Unis, elle arrive adolescente dans la grande ville de Minneapolis. Déjà membre démocrate de l’Assemblée de son Etat du Minnesota, elle a de grandes chances d’être élue à la Chambre des représentants dans sa circonscription. Elle deviendra ainsi, à 36 ans, l’une des deux premières femmes musulmanes à entrer à la chambre basse à Washington, avec Rashida Tlaib, une Américano-Palestinienne de 42 ans, assurée de gagner dans un fief démocrate du Michigan où elle fait course seule.

– Christine Hallquist, candidate transgenre

Lorsqu’elle parle aux électeurs de son Etat du Vermont, la question de son identité sexuelle ne sort pas spontanément dans les conversations, a confié à l’AFP la candidate démocrate au poste de gouverneur. Mais elle pourrait bien marquer l’histoire américaine. Si elle bat le républicain sortant Phil Scott, Christine Hallquist deviendra la première femme transgenre gouverneure d’un Etat américain.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut