International › APA

Eléphants footballeurs et 45è session de l’APF à la Une des journaux ivoiriens

Pas d'image

Au lendemain de sa qualification pour les quarts de finale de la 32è édition de la Coupe d’Afrique des nations (CAN), les Eléphants footballeurs et le 45è Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) font la Une des journaux quotidiens ivoiriens, parus, mardi sur l’ensemble du territoire national.« CAN 2019/ Côte d’Ivoire 1 Mali 0. Les Eléphants en quarts de finale », titre Le Patriote. La Côte d’Ivoire affrontera l’Algérie en ¼ de finale , complète L’Essor à côté de L’Expression qui jubile parce que « l’aventure continue » pour les pachydermes ivoiriens.

« Football/ CAN 2019 : le Mali fait le spectacle, les Eléphants se qualifient », reprend Soir Info. « Un grand reste un grand », répond Le Rassemblement même si pour L’Inter les Eléphants ont « plumé difficilement » les Aigles.

Certes, le Mali a dominé mais « Dieu est Eléphants », pense Super Sport quand Notre Voie estime que l’équipe nationale de Côte d’Ivoire a été tout simplement « réaliste ».

« Nous sommes en train de construire une équipe compétitive », réagit de son côté le coach ivoirien, Kamara Ibrahim en couverture de Le Nouveau Réveil. D’où ce message de L’Intelligent d’Abidjan, « allons les enfants de la patrie pour ramener la coupe ».


La presse ivoirienne s’intéresse également à la réunion de l’APF à Abidjan. « 45è session de l’APF : le monde francophone honore le pays d’Houphouët-Boigny », constate à ce propos Le Jour Plus.

« Abidjan, capitale de la francophonie. Les efforts de paix de la Côte d’Ivoire salués », poursuit Le Patriote, là où Le Nouveau Réveil dénonce une méprise des organisateurs qui n’ont « ni associés ni invités » les groupes parlementaires de l’opposition à cette réunion d’Abidjan.

 « Nous sommes obligés de trouver un compromis », a dit le tout nouveau président de l’APF à l’ouverture de la session d’Abidjan, rapporte Soir Info. Ce qui fait dire à Le Mandat que depuis la tribune de l’APF, la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Louise Mushikiwabo fait un plaidoyer pour la paix.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut