International › APA

Enseignement et justice au menu de la presse en ligne burkinabè

Les médias en ligne burkinabè évoquent, ce samedi, l’actualité nationale marquée par la justice avec le procès du putsch manqué de septembre 2015, sans oublier le cinquantenaire de l’Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2iE), commémoré la veille à Ouagadougou.«Cinquantenaire de 2iE: Le président Idriss Déby réaffirme son soutien à l’Institut international de l’eau », peut-on lire sur le site de l’Agence d’information du Burkina (AIB).

A ce propos, Lefaso.net informe que l’Institut international de l’eau et de l’environnement (2iE) a, ce vendredi, 14 décembre 2018 à Ouagadougou (siège de l’Institut), marqué le 50e  anniversaire de sa création.

«L’événement, qui était placé sous la présidence du président du Faso, Roch Kaboré, et le parrainage du président du Tchad, Idriss Déby Itno, avait pour thème +De l’EIER-ETSHER à 2iE, 50 ans au service de l’Afrique+», rappelle ce média en ligne ajoutant que le président tchadien a également reçu une distinction honorifique.

Lefaso.net revient sur le procès du coup d’Etat manqué de septembre 2015, à travers un tweet dans lequel il ressort que selon Gilbert Diendéré, «le parquet militaire n’apporte pas des preuves» et qu’«il faut qu’on nous dise qui a fait quoi car le RSP compte 1300 éléments».


Sur le site de Burkina24.com, l’on peut lire : «+Si vous voulez, gardez-moi 100 ans à la MACA+ », avant de relever que c’est l’affirmation faite le mercredi 12 décembre 2018 par le général Gilbert Diendéré suite à des échanges avec le Parquet militaire.

Fasozine.com, de son côté, publie une tribune dans laquelle un citoyen, Alfred Kaboré, estime que le général Gilbert Diendéré ne doit pas faire la prison.

Selon le confrère, «Alfred Kaboré, ancien ministre des Affaires étrangères  du Burkina de février 1976 à janvier 1977 plaide pour l’acquittement du Général Gilbert Diendéré, cerveau présumé du putsch manqué de septembre 2015, dont l’interrogatoire se déroule actuellement à la barre du tribunal militaire de Ouagadougou».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut