International › AFP

Européennes: réactions politiques à la tribune de Macron

Réactions politiques à la publication lundi d’une tribune d’Emmanuel Macron sur la « renaissance européenne » diffusée dans les 28 pays membres et adressée aux citoyens du continent.

– Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement : « C’est un programme pour l’Europe avant d’être un programme de campagne. L’Europe, elle a été cet espace où on a bâti la paix, la prospérité pendant de nombreuses décennies, elle ne l’est plus, il faut que l’on renoue avec ce fil de l’histoire. A un peu moins de 3 mois des élections européennes, il est normal que le président de la République a décidé de s’adresser à tous les citoyens d’Europe dans la presse européenne et qu’il fixe un cap ». (France 2)

– Richard Ferrand, président LREM de l’Assemblée nationale : « Emmanuel Macron donne le chemin, il donne les propositions, il porte tout ce que la France veut pour l’Europe et ensuite, bien entendu, il va falloir constituer une équipe, mais ça c’est le rôle du mouvement La République en marche. Il faut constituer une équipe de France qui incarne, qui crédibilise ce que le président de la République a mis sur la table. » (Europe 1)

– François-Xavier Bellamy, tête de liste LR aux élections européennes : « Frappé de voir à quel point Macron infléchit son discours sur l’Europe, derrière les mots il y a les actes. A aucun moment Macron dit qu’il faut mettre un terme à l’immigration massive. Quelle est sa véritable vision de l’Europe ? » (France Inter)

– Jacline Mouraud, figure des « gilets jaunes » : « Emmanuel Macron lance-t-il sa campagne électorale pour devenir à terme le premier Président de l’Europe ? La renaissance de l’ Europe ne se fera pas sans la réconciliation et le rassemblement du peuple français souverain ».

– Christian Jacob, chef de file des députés LR : « Emmanuel Macron retombe dans ses travers: chaque fois qu’il écrit une intervention il pense qu’il fait une réforme. Il donne des leçons à la terre entière alors qu’il est probablement le chef de l’exécutif en Europe le plus impopulaire dans son propre pays ». (conférence de presse)

– Bruno Retailleau, chef de file des sénateurs LR : « Pour rassembler les Européens, encore faudrait-il ne pas les diviser inutilement en installant ce faux clivage entre les progressistes et les nationalistes ». (communiqué)

– Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France : « Comment Emmanuel Macron peut-il prétendre vouloir (protéger notre continent) quand les mesures qu’il propose encouragent la submersion migratoire par une uniformisation des politiques migratoires et le refus de rétablir des contrôles aux frontières nationales ? » (communiqué)

– Jean-François Copé, maire LR de Meaux : « Cette tribune, elle aurait du être écrite par ma famille politique » (Public Sénat).


– Sébastien Chenu, député du Rassemblement national et porte-parole du parti : « Emmanuel Macron montre qu’il est lui-même candidat LREM aux européennes. (…) Avec les traités de libre-échange qu’il défend, il met à genoux notre agriculture et met en danger les Français ». (RMC)

– Manon Aubry, tête de liste LFI pour les européennes : « Macron a toujours été le garant dévoué d’une Union européenne libérale… La – renaissance européenne – ce n’est pas Emmanuel Macron, mais La France insoumise qui l’incarne, en défendant la sortie des règles austéritaires et anti-démocratiques actuelles » (communiqué)

– Sébastien Jumel, porte-parole des députés PCF : « Comment voir dans le lyrisme présidentiel autre chose que des mots creux? Il nous refait le coup du pipeau, de la mandoline, du violon de la présidentielle. Il veut une Europe bouclier social alors qu’il signe à tour de bras des traités de libre-échange » (conférence de presse)

– Olivier Faure, premier secrétaire du PS : « Le projet européen d’Emmanuel Macron est pavé de bonnes intentions, en contradiction avec son action. Souvent de grands mots mais des ambitions limitées. En bref un artiste du trompe l’œil. Un faussaire du progressisme » (Twitter)

– Benoît Hamon, fondateur de Générations : « De remise en cause des politiques d’austérité, on ne trouve nulle trace sans son programme (…) L’alternative n’est pas entre la poursuite des politiques de dérégulation d’un côté et le repli nationaliste de l’autre. Il existe une voie écologiste, sociale et européenne. » (communiqué)

– Gilles Le Gendre, chef de file des députés LREM : « Le président de la République nous a fait – à nous la majorité, mais je pense surtout aux Français et aux Européens -, un joli cadeau » avec la tribune. Il s’agit « de refonder l’Europe » et après le grand débat « de refonder la République » et « ces deux refondations sont étroitement liées ». (conférence de presse)

al-parl/cs/sd

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut