International › APA

Expulsion de Barbara Manzi : L’Onu recadre la junte burkinabè

Le gouvernement Burkinabè l’a accusé d’avoir décidé « unilatéralement » du retrait du personnel non essentiel du système des Nations unies dans le pays.L’Organisation des Nations-Unies a réagi à la décision du gouvernement de transition d’expulser son responsable des actions humanitaires. « Le Secrétaire général a appris avec regret que, le 23 décembre, le gouvernement de transition du Burkina Faso a déclaré persona non grata la Coordinatrice résidente/Coordinatrice humanitaire des Nations Unies et responsable désignée dans le pays, Madame Barbara Manzi », a rapporté Stéphane Dujarric, porte-parole de Antonio Guterres.

Stéphane Dujarric a expliqué que la doctrine de persona non grata ne s’applique pas aux fonctionnaires des Nations Unies. Il a ajouté que les agents de l’ONU ne sont responsables que devant l’Organisation et que seul Secrétaire général est habilité à décider du retrait de tout agent, « après une enquête minutieuse ».

« Les États membres des Nations unies s’engagent à respecter leur caractère exclusivement international. Conformément à l’article 105 de la Charte, l’Organisation bénéficie de privilèges et immunités, y compris le droit pour ses fonctionnaires de rester au Burkina Faso afin d’exercer leurs fonctions au nom de l’Organisation », a insisté le porte-parole de M. Guterres.

Le gouvernement a déclaré la Coordonnatrice du système des Nations unies « persona non grata » au Burkina et a demandé son départ du pays, hier vendredi. Il lui a reproché sa « décision unilatérale » de retirer les familles des diplomates du système des Nations unies à Ouagadougou et ses liens supposés avec des « chefs terroristes » dans le pays.


Selon Stéphane Dujarric, le Secrétaire général de l’ONU qui a salué « l’engagement et le professionnalisme de Madame Manzi » a « pleinement confiance » dans le système des Nations Unies au Burkina. A l’en croire, elle s’est efforcé de travailler avec les autorités de la Transition afin d’appuyer les efforts de développement et de fournir une assistance humanitaire « indispensable ».

Le Secrétaire général, Antonio Guterres et le gouvernement burkinabè ont réitéré leur engagement à continuer à travailler ensemble.

L’expulsion de Mme Manzi intervient moins de 48 heures après celle de deux citoyens français soupçonnés d’espionner l’armée.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut