International › AFP

Fonctionnaires: ENA, services publics, effectifs… les propositions de Macron

Suppression des grands corps de l’Etat et de l’ENA, création de maisons de services au public dans les cantons et renoncement à l’objectif de supprimer 120.000 postes de fonctionnaires: le président Macron a expliqué jeudi comment il souhaitait réorganiser l’administration pour « remettre plus de fonctionnaires sur le terrain ».

SUPPRIMER L’ENA ET LES « GRANDS CORPS »

Le chef de l’Etat a confirmé son intention de « supprimer, entre autres, l’ENA », non pas « pour se donner le plaisir de supprimer » l’École nationale d’administration, mais « pour bâtir quelque chose qui fonctionne mieux ».

« Sur ce sujet, je ne crois pas du tout au rafistolage: si vous gardez les mêmes structures, les habitudes sont trop fortes, les habitudes sont là », a-t-il dit.

Il a par ailleurs souhaité la fin du système des « grands corps » des hauts fonctionnaires, soulignant que ceux-ci ne devaient pas « tout de suite accéder aux postes suprêmes et être garantis de ne jamais les quitter ».

Déplorant que la haute fonction publique ne « ressemble pas » à la société, et reste très peu accessible aux classes sociales les moins favorisées, le président a souhaité « davantage de passerelles tout au long de la vie professionnelle, pour permettre, avec des règles de déontologie extrêmement strictes, à des gens qui viennent du privé, du monde associatif, d’intégrer la haute fonction publique à différents moments ».

Il a également affirmé la nécessité de « repenser la formation » des hauts fonctionnaires, afin « qu’elle soit plus ouverte au monde académique, à la recherche, à l’international, au monde universitaire ».

PLUS DE FONCTIONNAIRES « SUR LE TERRAIN »

Notant que l’Etat devait « savoir s’adapter, être accessible à tous dans tous les territoires », Emmanuel Macron a souligné sa volonté d » »assurer l’accès aux services publics à moins de 30 minutes » et de « réconcilier la métropole, la ville moyenne et le rural ».


Pour ce faire, l’Etat doit « cesser la fermeture des services publics ».

Le Premier ministre Edouard Philippe présentera en mai « une profonde réorganisation de notre administration », destinée à déployer « plus de fonctionnaires sur le terrain » tout en supprimant des postes « en administration centrale » à Paris, a annoncé le chef de l’Etat.

Déplorant qu’il n’y ait « plus assez de monde sur le terrain » pour « apporter des solutions », il a notamment annoncé la création dans « chaque canton », d’ici à « la fin du quinquennat », d’un « endroit où on puisse trouver réponse aux difficultés qu’on rencontre », baptisé « France services ».

« Parce que, pour nos concitoyens, c’est devenu illisible, quand ils ont un problème, de savoir s’il faut aller à la CAF, à Pôle emploi, à la préfecture, la mairie ou la mission locale », a insisté le président.

LES COUPES DANS LES EFFECTIFS EN SURSIS

Emmanuel Macron s’est dit prêt à « abandonner », « si ce n’est pas tenable », l’objectif qu’il avait fixé de supprimer 120.000 postes de fonctionnaires d’ici la fin du quinquennat – sur 5,5 millions d’agents dans les trois versants de la fonction publique (Etat, hospitalière, territoriale). Il a demandé au gouvernement de lui « donner son analyse d’ici l’été » sur ce dossier.

« Quand on doit réinvestir dans la sécurité, dans l’éducation et dans la justice, je ne vais pas donner des injonctions contradictoires au gouvernement », a souligné M. Macron, ajoutant qu’il assumerait « totalement, si ce n’est pas tenable, d’abandonner cet objectif ».



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut