International › AFP

Gabon: le « Kévazingogate » fait ses premières victimes au sommet de l’Etat

Pas d'image

Le « kévazingogate », un trafic de bois précieux qui a provoqué un scandale politique au Gabon, a fait ses premières victimes avec le limogeage du vice-président, issu de l’opposition, et du ministre des Forêts, un fidèle du régime.

Les premières têtes sont tombées mardi soir: le président Ali Bongo Ondimba a mis fin, dans un décret, aux fonctions de son vice-président Pierre Claver Maganga Moussavou, ainsi qu’à celles du ministre des Forêts et de l’Environnement, Guy Bertrand Mapangou.

La présidence n’a donné aucun détail sur les raisons de ces limogeages, mais les deux hommes avaient été mis en cause dans le sillage du « kévazingogate », une affaire de trafic de bois précieux interdit d’exploitation.

Les appels à la démission de M. Mapangou, en particulier, s’étaient multipliés après la suspension dans ce dossier de son directeur de cabinet.

« Coup de tonnerre dans le monde politique gabonais », a titré mercredi le journal pro-gouvernemental et principal quotidien gabonais, L’Union, dans un éditorial saluant « un acte d’autorité posé par le chef de l’Etat ».

Pierre Claver Maganga Moussavou n’a pour le moment pas été remplacé et le poste de vice-président de la République se trouve donc vacant. Cette fonction avait été rétablie en 2017 et confiée à M. Maganga Moussavou, un opposant à Ali Bongo et candidat malheureux à la présidentielle de 2016, conformément aux résultats d’un dialogue politique avec une partie de l’opposition.

Aucun nouveau titulaire du portefeuille des Forêts et de l’Environnement n’a été désigné par le président, qui a placé ce ministère « sous l’autorité directe du Premier ministre », Julien Nkoghe Bekalé.

– Règlement de compte politique –

Ancien porte-parole du gouvernement, Guy-Bertrand Mapangou est un pilier du régime, qui a été plusieurs fois ministre, notamment à l’Intérieur.

« Il y a une certaine confusion des rôles et on aurait préféré que le pouvoir judiciaire joue pleinement le sien. On ne sait pas quelle est la part de responsabilité de chacune des personnes concernées, ce qui leur est exactement reproché », souligne Wilson-André Ndombet, politologue proche de l’opposition à l’Université Omar Bongo (UOB).

Des observateurs n’écartent pas l’hypothèse d’un règlement de compte politique entre factions du pouvoir, sept mois après que le président Bongo a subi un accident vasculaire cérébral.

Fin février et début mars, près de 5.000 mètres cubes de kévazingo, une essence rare très prisée en Asie, d’une valeur d’environ 7 millions d’euros, avaient été découverts dans deux sites d’entreposage appartenant à des sociétés chinoises, au port d’Owendo, à Libreville.


Une partie du kévazingo était chargée dans des conteneurs sur lesquels figurait le tampon du ministère des Eaux et Forêts indiquant une cargaison d’okoumé, une essence de bois dont l’exploitation est autorisée.

Après la découverte de ces documents falsifiés, le responsable de ce ministère au port et son équipe avaient été arrêtés, soupçonnés d’implication dans ce trafic.

Mais le 30 avril, 353 de ces conteneurs, placés sous l’autorité de la justice, s’étaient mystérieusement volatilisés. Deux cents containers ont par la suite été retrouvés dans les entrepôts de deux entreprises différentes, toujours au port d’Owendo.

– Bois précieux et sacré –

Depuis plus d’une semaine, la presse gabonaise fait ses choux gras de l’affaire, dans le cadre de laquelle plusieurs hauts cadres ont été suspendus de leurs fonctions, dont les directeurs de cabinet des ministères des Forêt et de l’Economie.

La justice gabonaise a annoncé l’arrestation de deux ressortissants chinois, accusés d’avoir participé au trafic, avec la complicité de fonctionnaires gabonais. Le directeur général des douanes a été placé en détention provisoire.

« Le Premier ministre avait déclaré que son gouvernement serait exemplaire et que les membres de son gouvernement qui s’éloignerait de cette attitude seraient sanctionnés. Les membres du gouvernement qui seraient impliqués dans cette affaire sont invités à en tirer les conséquences qui s’imposent », avait prévenu la semaine dernière la porte-parole du gouvernement, Nanette Longa-Makinda, dans une déclaration lourde de sous-entendus.

« Ma conscience d’homme libre ne me reproche strictement rien dans l’exercice de mes fonctions », avait répondu dans un communiqué Guy Bertrand Mapangou.

Le kévazingo est un bois rare d’Afrique centrale, considéré comme sacré par certaines communautés locales et très apprécié en Asie, notamment pour la réalisation de parquets, escaliers, meubles de luxe.

Représentant 60% du PIB (hors hydrocarbures), le secteur forestier est l’un des piliers historiques de l’économie du Gabon, un pays recouvert à près de 80% par la forêt.

Fin mars, le rapport d’une ONG britannique avait dénoncé les pratiques illégales d’un groupe chinois à l’origine d’un vaste trafic d’exploitation de bois au Gabon et au Congo, accusant notamment plusieurs personnalités politiques et agents de l’administration d’y être impliqués.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut