International › APA

GBissau : le mandat des forces de la Cedeao prolongé jusqu’en mars 2020

Pas d'image

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a prolongé la mission de sa force d’interposition en Guinée-Bissau jusqu’en mars 2020, annonce la résolution finale du sommet des chefs d’État de l’organisation rendue publique mercredi par la représentation de l’organisation régionale à Bissau.« La conférence a finalement décidé de prolonger son mandat de l’ECOMIB pour une période de six mois à compter du 1er octobre 2019 », lit-on dans la résolution finale du 55ème Sommet des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté tenu au Nigéria.

En ce qui concerne la situation politique de ce pays lusophone, la Cedeao souligne dans sa résolution le vœu des chefs d’Etat et de Gouvernement membres de voir le nouveau gouvernement bissau-guinéen prendre fonction ce mercredi.

Le président restera en place jusqu’à la prochaine élection « et la gestion du gouvernement sera entièrement assurée par le gouvernement constitué conformément à la Constitution de la Guinée-Bissau », précise le communiqué du bureau de la Cedeao à Bissau.

Le communiqué ajoute que « sur la base du consensus atteint par les acteurs politiques bissau-guinéens, la résolution de la Cedeao prévoit également la nomination d’un nouveau procureur général d’ici mercredi ».

Suite aux résolutions de la Cedeao, le chef d’Etat bissau-guinéen a rencontré mardi le procureur général de la République Bacari Biai et le Premier ministre Aristides Gomes.

La crise politique avait commencé en Guinée-Bissau en 2015 après que le président José Mário Vaz a limogé le Premier ministre Domingos Simoes Pereira de la tête du parti au pouvoir, le PAIGC, vainqueur des législatives en 2014. Vaz l’accusait de corruption et de népotisme.


La crise a conduit à la fermeture du parlement et, malgré la médiation de la Cedeao, le chef de l’Etat a nommé sept premiers ministres, dont un à deux reprises.

Avec la tenue des élections législatives du 10 mars dernier, la tension politique s’est accrue puisque José Mário Vaz a pris plus de trois mois pour nommer un nouveau Premier ministre et la formation conséquente du gouvernement. Cela était dû pour lui par l’impasse pour l’élection du bureau du Parlement, après les législatives de mars dernier remportées sans majorité absolue par le PAIGC.

Après une nouvelle intervention de la Cedeao, le président a finalement nommé Aristides Gomes comme Premier ministre sans pour autant avaliser le gouvernement proposé par ce dernier.

Suivant une autorisation de la Cedeao datée du 26 avril 2012, les forces d’ECOMIB sont depuis lors en Guinée-Bissau.

Elles ont pour mission d’assurer la sécurité et la protection des détenteurs des organes souverains bissau-guinéens.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut